Live News

Moins de quatre Credits en SC : Hausse de demandes dans la filière technique

filière technique

En trois jours, plus d’un millier d’étudiants se sont tournés vers les centres techniques. La raison, ils ne trouvent pas de place dans les collèges car ils ne satisfont pas le nouveau critère de quatre Credits pour passer en Lower VI.

Les derniers résultats du School Certificate (SC) donnent du fil à retordre aux parents et aux étudiants ayant obtenu moins de quatre Credits. Ces élèves ont échoué à une deuxième tentative ou dépassé l’âge autorisé pour passer en Lower VI. Depuis la proclamation de ces résultats, jeudi dernier, les centres offrant des cours techniques sont très sollicités.

Les sept centres du Mauritius Institute of Training and Development (MITD) ont reçu pas moins de 500 visiteurs de jeudi à mardi après-midi, confie Sabaputtee Amba, Executive Clerk au MITD. Il avance que les étudiants viennent pour les cours de Travel & Tourism, guide touristique, Electronics communications, Electronics industriel, pâtisserie, cuisine, entre autres. À noter que le MITD tiendra deux journées portes ouvertes ce vendredi et samedi. Les intéressés pourront se rendre au campus du MITD, Ébène, entre 9 heures et 15 heures pendant ces deux jours.

La crainte des parents

Au Vocational Training Institute (VTI) de Vacoas, le directeur, le Dr Rechad Sayfoo, explique qu’il a reçu, en deux jours, plus d’une centaine d’étudiants, ayant obtenu entre 2 et 3 Credits. « Les parents ne savent plus quoi faire. Ils viennent chez nous et demandent d’inscrire leurs enfants dans n’importe quel cours, pourvu qu’ils fassent quelque chose. Les parents ont peur que leurs enfants soient laissés à eux-mêmes. »

Ce directeur déplore que certains parents choisissent pour leurs enfants, sans tenir compte de leurs profils et de leurs intérêts. « Au VTI, nous faisons de notre mieux pour recevoir et conseiller. Il n’est pas question d’admettre un étudiant qui ne montre aucun intérêt pour le cours choisi. Il y a même des filles qui sont inscrites pour des cours prisés par les garçons. Nous comprenons aussi la crainte des parents qui ne souhaitent pas que leurs enfants deviennent des délinquants. Nous craignons qu’à un certain moment, nous allons devoir refuser des demandes par manque de place. »

Le directeur nous a aussi confié que comme les cours sont payants chez VTI, des efforts sont faits pour revoir les montants à la baisse dans certains cas. Il insiste qu’avec une bonne planification, la situation aurait été différente.