Actualités

MITD : protestations et grève de la faim à l’horizon

Les locaux du MITD à Phoenix.

Le bras de fer qui oppose le Front commun syndical au MITD s’accentue. Dans son combat pour que les 800 employés aient leurs Schemes of Service, attendus depuis 2009, le front commun syndical n’écarte pas la possibilité de manifestations et d’une grève de la faim.

Colère et frustration. Ce sont les sentiments qu’animent Deepak Benydin, le président de la Federation of Parastatal Bodies & Other Unions (FPBOU). Il se dit prêt à organiser une manifestation devant le bureau du Premier ministre, du ministère du Travail et du siège de cet organisme à Phoenix. Une grève de la faim n’est aussi pas à écarter. Les membres du syndicat contestent aussi la décision du gouvernement de placer l’École hôtelière sous la tutelle du ministère du Tourisme et le MITD sous le ministère du Travail. Par voie de correspondance, ils ont sollicité une rencontre avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Toutefois, les dirigeants syndicaux privilégient le dialogue. D’où leur décision d’envoyer une lettre, au début de cette semaine, au Premier ministre pour solliciter une rencontre. Ils espèrent que le chef du gouvernement préside une première rencontre en vue d’accélérer ce dossier.

Il explique que, suivant la transformation de l’Industrial Vocational Training Board (IVTB) en Mauritius Institute Training Development (MITD) en 2009, les employés de ce nouvel organisme se battent pour qu’ils aient leurs Schemes of Service. Il avance que, dans un premier temps, les syndicats éprouvaient des difficultés pour négocier au nom des travailleurs concernés, car la direction du MITD refusait de reconnaître syndicats bien qu’ils étaient reconnus par l’IVTB. 

Ils ont ainsi mené combat, notamment au niveau de l’Employment Relations Tribunal (ERT) et, cinq ans après, ils ont finalement été reconnus. 

Cependant, dans son rapport en 2013, le PRB n’a fait aucune recommandation pour les employés du MITD (pending any recommendation), car cet organisme était en restructuration. 

Il attire l’attention qu’il a déjà fait des représentations auprès du PRB pour les employés en vue du prochain rapport qui sera publié en octobre prochain. « Nous attendons que nous ne soyons pas lésés comme en 2013 », dit-il. 

Deepak Benydin déplore la lenteur de la direction du MITD dans le traitement de ce dossier. Il avance que les négociations avec la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, allaient bon train et qu’ils étaient près d’un accord. « Les élections générales sont arrivées et ce dossier a été mis en suspens », explique-t-il. 

Le président de la FPBOU a exprimé des appréhensions suivant la décision du gouvernement de placer l’École hôtelière sous la tutelle du ministère du Tourisme et l’IVTB sous celui du ministère du Travail. Ce qui complique davantage sa lutte pour que les employés aient leurs Schemes of service. « Nous sommes dans une véritable cacophonie », se plaint-il.  Il avance qu’il va aussi se battre pour que le « MITD ne soit pas scindé en deux ».

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP