People

Miss International 2019 : Nidhishwaree Ruchpaul conquise par la culture japonaise 

Nidhishwaree Ruchpaul Nidhishwaree Ruchpaul a hissé notre quadricolore lors de la 59e édition de Miss International, le 12 novembre, à Tokyo.

Depuis 2018, Nidhishwaree Ruchpaul enchaîne les titres : Miss Pamplemousses, Miss Talent et désormais, Miss International Mauritius 2019. Elle a fait flotter le drapeau mauricien sur le podium de la 59e édition de Miss International 2019, à Tokyo, le 12 novembre. Elle a relaté ses trois semaines à la découverte du pays du Soleil-levant pour « Le Dimanche/L’Hebdo ». 

Quelques années auparavant, l’étudiante en Digital Marketing à l’université de Maurice n’aurait jamais pensé participer à un concours de beauté. Aujourd’hui, après un an dans l’univers des Miss, tel un rêve duquel elle se lèverait à tout moment, elle n’y croit toujours pas. « De la possibilité de gagner un concours de beauté, je n’aurais jamais imaginé y participer un jour et pourtant me voilà. Les nombreuses occasions qui m’ont été offertes dépassent mes espérances. C’est un immense honneur d’avoir pu représenter mon village, mon district, ainsi que mon pays à Tokyo ! » s’exclame-t-elle avec joie. 

Baptême du feu rêvé pour Nidhishwaree Ruchpaul, 20 ans, qui n’a jamais voyagé, elle pose ses valises sur l’état insulaire de l’Asie de l’Est le 25 octobre. C’est ainsi que débutent ses trois semaines inoubliables à la découverte de la culture japonaise. Le premier soir, elle l’a dédié à une noble cause, le Ashinaga Charity Event, pour une collecte de fonds afin de financer le projet éducatif et de soutien psychologique des orphelins. 

De plus, Nidhishawaree Ruchpaul a eu la chance de côtoyer le grand couturier nippon Junko Kushino au cours d’un défilé de mode. « C’était un moment de pur bonheur de découvrir en premières loges les créations de Junko Kushino. La ligne de vêtements était présentée sublimement par des ballerines, qui dansaient accompagnées des effets d’illusion. C’était de l’art. » 

Loin des strasses et paillettes, la Miss a également eu droit à l’expérience japonaise à travers les visites des sites phares du Japon, notamment les temples traditionnels, les quartiers high-tech, ainsi que les provinces nippones. « C’est fascinant comment un pays aussi branché high-tech arrive à faire la balance en conservant la sérénité loin du train de vie accélérée », s’exprime-t-elle émerveillée.


Une énergie et un dynamisme qui  l’interpelle

Hormis la performance des geishas, ainsi que le Noh performance [NDLR. une forme majeure de la danse-drame classique japonaise jouée depuis le 14esiècle], la Miss a également vécu l’expérience traditionnelle complète de l’art et de la culture japonaise. Toutefois, étant une passionnée de musique et une fervente instrumentaliste, Nidhishwaree recommande le Drum Show Town dans la ville de Mangekyo. « Cette performance m’a laissée sans voix. Leur énergie et leur dynamisme constants sont presque addictifs. C’était sans doute l’expérience qui restera à jamais gravée dans ma mémoire. »  

Et de faire part de son envie d’apprendre le shamisen [NDLR. instrument de musique traditionnelle japonaise à trois cordes dérivées de l’instrument chinois sanxian], dont elle a pris connaissance lors de son voyage au Japon. « Je suis déjà familière avec les instruments tels que la guitare et le ukulélé. Je voudrais tenter l’apprentissage du shamisen », renchérit-elle. 

Nidhishwaree Ruchpaul confie qu’elle a été extrêmement touchée par  l’état d’esprit japonais. D’ailleurs, elle partage qu’elle aimerait incorporer certaines étiquettes de la culture dans son quotidien. 

« Je retiendrais la gentillesse, le sens du devoir, la discipline et l’unité nationale des Japonais. J’aimerais adopter cette quête du développement personnel que les Japonais pratiquent en permanence. Toujours s’améliorer et grandir, tout en étant altruiste. »  soutient-elle. 

Malgré qu’elle n’ait pu décrocher de titre, elle se dit infiniment reconnaissante envers le conseil de district de Pamplemousses et la Miss Mauritius National Organisation de lui avoir donné l’opportunité de participer à un concours de cette envergure. « Je peux n’avoir pas gagné de titre, mais je suis reconnaissante pour l’opportunité qui m’a été offerte, car j’en suis ressortie grandie. Je dirais que j’ai reçu une riche expérience de vie », conclut-elle. 


Carnet de voyage

Odaiba

Pour cette miss fana des gadgets, Odaiba, un centre de divertissement high-tech situé sur une île artificielle dans la baie de Tokyo, était l’un des points marquants de son voyage. « En tant qu’étudiante en Digital Marketing, je m’intéresse beaucoup à l’évolution de la technologie. Je m’attendais certainement à apprendre plus de la culture japonaise lors de ce voyage, mais j’ai été surprise quand j’ai eu la chance d’apprendre davantage sur, notamment, l’Augmented Reality (AR) et l’Artificial Intelligence (AI) au Panasonic Centre Wonder Life Box. Avoir l’expérience directe du prototype d’artificial intelligence dans une maison, je suis fascinée.. En sus de cela, j’étais  impressionnée de voir la statue de Unicorn Gundam, inspiré d’un anime japonais et mesurant 65 pieds, devant le Divercity Tokyo Plaza », décrit-elle. 

Ashikaga City  

Lors de son séjour à Ashikaga, une ville dans le nord de Tokyo, Nidhishwaree voulait tant porter le kimono. « J’ai toujours voulu porter un vrai kimono et avoir l’énorme privilège d’être initié au Kitsuke [NDLR. L’art de porter le kimono] par des femmes japonaises. Je ne pouvais rêver mieux pour ma première ‘kimono experience’. » Et d’ajouter que l’Ashikaga Flower Park, l’un des parcs les plus connus de la ville donnant une vue sur les jardins saisonniers illuminés, l’a éblouie. 

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !