People

Miss Earth Fire 2017 : les multiples facettes de Lada Akimova

Lada Akimova Du haut de ses 18 ans, Lada Akimova a été élue Miss Earth Fire 2017.

Lada Akimova a un visage d’ange, une peau parfaite, un maquillage léger. La Miss Earth Fire International 2017 incarne la simplicité. De passage à Maurice, elle a rencontré les élèves de l’école Saint-Jean-Baptiste-de-La-Salle RCA à Port-Louis. C’était dans le cadre de la journée mondiale de l’Environnement, afin de les sensibiliser sur la valorisation des déchets.

La Miss Earth Fire International 2017 est tombée amoureuse de l’île Maurice. « C’est ma première visite et je compte bien revenir très vite », confie-t-elle. Son séjour n’a pas été de tout repos, mais cela ne s’est pas lu sur son visage. La jeune femme a égaré ses bagages à Johannesburg et ne les a récupérés qu’à son départ de Maurice.

lada« J’ai dû faire avec les moyens du bord et faire du shopping pour ne pas avoir à remettre les mêmes vêtements », explique-t-elle. Un concours de circonstances la fait porter le t-shirt officiel de Miss Earth Mauritius.

Bien que son passage à Maurice a été de courte durée, le mardi 5 juin, elle s’est rendue à l’école primaire Saint-Jean-Baptiste-de-La-Salle RCA où elle a animé un atelier de travail dans le cadre de l’Earth School Tour sur le recyclage du plastique auprès des enfants du Grade 6. Elle était entourée des participantes du concours Miss Earth Mauritius et de la gagnante de l’édition 2018, Yanishta Gopaul.

Lada Akimova découvre l’univers du mannequinat à l’âge de 17 ans. Elle cumule séances photo et participe à de nombreux défilés de mode. Elle se fait tout de suite remarquer pour sa grâce et son élégance. À 18 ans, cette amoureuse de la nature prend part à son premier concours de beauté.

Je m’inquiète pour la santé de la Terre. Nous empêchons la flore et la faune de s’épanouir par nos gestes quotidiens»

« La gagnante du concours doit avoir de multiples facettes et pouvoir représenter le feu, l’eau, la terre et l’air », avait-elle déclaré le jour de la finale. Elle incarne tous ces aspects, derrière sa grâce et son élégance où se cachent une fille vraiment touche-à-tout. Elle pratique du sport et fait de l’escalade depuis quatre ans.

Chanteuse

En outre la musique n’a aucun secret pour cette Russe qui chante depuis dix ans. La barrière de la langue ne l’empêchera pas de nous avouer qu’elle aspire à faire carrière dans la chanson après ses études tertiaires : « J’aime beaucoup les chansons classiques, mais aussi la musique pop. »
Depuis qu’elle a été élue Miss Earth Fire 2018, elle milite pour la protection de l’environnement et plus particulièrement contre la pollution plastique. « Ma mission en tant que Miss Earth est de “rethink, reduce, reuse, recycle et respect ».

lada
Miss Earth Fire 2017 aux côtés des élèves de Grade 6 de l’école Saint-Jean-Baptiste-de-La-Salle RCA.

« Je m’inquiète pour la santé de la Terre. Nous empêchons la flore et la faune de s’épanouir par nos gestes quotidiens. Il est grand temps de tirer la sonnette d’alarme, car ce problème est de plus en plus grave et les générations à venir risquent de tout perdre », fait-elle ressortir. À 19 ans, cette étudiante en International Management a des projets pleins la tête.

Le comité de Miss Earth Mauritius souhaite travailler en collaboration avec le ministère de l’Environnement pour mettre en place des moyens de sensibiliser petits et grands sur l’avenir de l’écologie à Maurice et dans le monde.

« Être une Miss Earth ce n’est pas seulement porter une couronne, c’est aussi une plate-forme afin de faire comprendre aux gens que la planète va mal », indique Mélanie Lamarque, présidente déléguée du comité Miss Earth Mauritius.

Lada Akimova s’est envolée pour l’île de La Réunion afin de poursuivre sa mission d’Earth School Tour.