Militer contre la drogue synthétique

Drogue synthétique Illustration.

Beau-Bassin/Rose-Hill est-elle un état hors-la-loi ? « Peu importe ce qu’on dise, c’est l’opinion du peuple qui compte. C’est cela qui pèsera dans la balance. Laissez-moi vous rassurer que, depuis que j’ai pris mes fonctions, en 2015, presque chaque deux mois, je me fais un devoir de rencontrer le commissaire de police. J’ai aussi des rencontres avec le Deputy Prime Minister, la vice-Premier ministre, ainsi que les ministres élus dans la circonscription de Beau-Bassin/Rose-Hill. J’ai à coeur la sécurité des gens », répond le maire des villes-sœurs.

Cependant, il note que la drogue est en train de faire des ravages dans le pays. « Cela nous interpelle. La mairie prend ses responsabilités et moi, je prends les miennes en tant que maire. Après tout, cela ne concerne pas que Beau-Bassin/Rose-Hill. C’est un problème général. Je fais mon maximum. Le Premier ministre démontre sa détermination pour éradiquer le fléau de la drogue. Certes, comme l’a dit le ministre Anwar Husnoo, c’est un problème difficile, mais avec la volonté de tout un chacun, on peut réussir. Il faut que le tout monde joue le jeu », fait-il ressortir.

La mairie compte organiser une marche nationale pour lutter contre la drogue synthétique. « Nous l’avons déjà fait, il y a deux ans, avec le concours du collège New Eton et d’autres collèges de la région. Ce sera un message très fort. Ce ne sont pas des mafieux, des dealers qui décideront de l’avenir de nos enfants. Je lance un appel à travers votre journal pour que tout le monde participe à cette marche. Si la masse est derrière nous, les barons de la drogue fuiront », fait-il ressortir.