Live News

Meurtre de Shyam Ramgoolam : outre des bijoux en or, les malfrats étaient à la recherche d’une somme de Rs 11 M

Shyam Ramgoolam Shyam Ramgoolam n'a pas survécu à ses blessures.

L'enquête sur le meurtre de Shyam Ramgoolam, à Vallée-des-Prêtres, le 13 juillet dernier, a atteint un stade avancé. Cela fait suite à l'arrestation du quatrième suspect, Louis Kenny François, mardi. À savoir que les suspects avaient pénétré la maison des Ramgoolam pour dérober une grosse somme d’argent estimée à Rs 11 millions et une importante quantité de bijoux en or.

Louis Kenny François, alias Tilong, âgé de 30 ans, jouait au chat et à la souris avec la police depuis le meurtre de Shyam Ramgoolam. Se basant sur des renseignements précis, les officiers de l’Anti Robbery Squad de la Special Supporting Unit ont procédé à son arrestation dans la région de Pointe-aux-Sables mardi dernier et l’ont remis à la Major Crime Investigation Team. Louis Kenny François avait, tour à tour, été incriminé par les autres trois suspects comme étant celui qui avait porté le coup de sabre fatal à Shyam Ramgoolam. Les trois suspects, arrêtés après le meurtre, sont David Emmanuel Putois, alias Zako, 21 ans, Shafick Peerhamud et Sailesh L’Aiguille

Après son arrestation, Louis Kenny François a confirmé sa présence dans la boutique de la famille Ramgoolam le jour du meurtre. Toutefois, il a nié avoir porté le coup fatal à la victime. En revanche, il a accusé Sailesh L'aiguille d'avoir tué le boutiquier. Ces deux suspects se renvoient chacun la balle. Mais, au fil de l'enquête, la police reçoit des informations sur les motivations de ces voleurs qui ont visité la maison des Ramgoolam.
Ce serait le suspect Shafick Peerhamud qui aurait « monté » un gang de voleurs, issus de faubourgs de la capitale. Dans le passé, un ami du suspect avait effectué un travail chez les Ramgoolam. Ainsi, il aurait appris qu'une somme de Rs 11 millions en espèces et une importante quantité de bijoux en or étaient dissimulées chez les Ramgoolam.

Shafick Peerhamud a ainsi refilé cette information à ses amis. C’est dans la région de Roche-Bois qu’un gang a été établi. L'idée était de débarquer chez les Ramgoolam à l'heure de la fermeture de la boutique. Le plan a ainsi été dressé : une fois chez les Ramgoolam, le gang s'introduirait chez le commerçant et baisserait le rideau de fer pour que personne ne sache ce qui se passait à l'intérieur. 

Coups de sabre

Si David Emmanuel Putois est resté à l'extérieur, les trois autres suspects ont fait irruption dans la boutique. C’est à ce moment que Shyam Krishna Ramgoolam et son fils Arvinsingh se sont mis en travers du chemin des malfrats qui leur ont asséné plusieurs coups de sabre. Comme les choses ne se sont passées comme prévu, les malfaiteurs ont pris la poudre d'escampette.

Mais, au lieu de repartir les poches pleines avec le montant de Rs 11 millions et une importante quantité de bijoux en or comme ils ont prévu, à la place ils sont repartis les poches vides et les armes qui étaient en leur possession.

Admis aux unités des soins intensifs, Shyam Krishna Ramgoolam a rendu l'âme, trois jours plus tard, soit le 16 juillet. Quant à Arvinsing Ramgoolam, il se remet lentement de ce traumatisme. Cela fait deux semaines qu’il a quitté l’hôpital.

Le sabre et le couteau n'ont pu être récupérés. Car, Louis Kenny François dit s’en être débarrassé dans la région de Roche-Bois, sans être en mesure d'indiquer l'endroit exact.

Les quatre suspects font l'objet d'une inculpation provisoire de meurtre.


Arvinsing Ramgoolam a quitté l’hôpital

Arvinsing Ramgoolam, le fils de Shyam, a quitté l’hôpital il y a deux semaines. « Nous sommes encore sous le choc. Je souffre toujours et ma mère est angoissée. Le soir, elle n’arrive plus à s’endormir. Elle pense à mon père. Sa agresyon la ankor fre dan nou memwar. Zame nou pou kapav bliye. Les cris de mon père le soir de l'agression ne s'effaceront », lâche Arvinsing.