Live News

Meurtre de Miss, 81 ans, à Vacoas : la victime a longtemps résisté à son assaillante avant de succomber aux coups

La présumée meurtrière a participé à une reconstitution des faits lundi.
  • La présumée meurtrière de retour sur le lieu du crime

Marie Michano Katoucha Meeajan, 34 ans, arrêtée pour le meurtre de Saraspadeeamal Coopamah Nojib, 81 ans, jeudi après-midi, à Sadally Road, Vacoas, a participé à une reconstitution des faits le lundi 30 novembre. La présumé meurtrière, accompagnée des limiers de la CID de Vacoas est revenue sur le lieu du crime où cette fois, elle a indiqué en détails ce qui s’est passé dans la journée du 26 novembre dernier. « Monn ferme li dan la sal de bein », devait préciser celle-ci. Mais elle ne s’attendait pas à la ténacité de la vieille dame.

Elle a montré à l’inspecteur Goolab et ses hommes, où elle est arrivée. Elle dit être venue devant la porte de la victime, elle a ouvert le petit portail avant de descendre les escaliers menant dans la cour de l’octogénaire. Dans un premier temps, elle a appelé cette ancienne maîtresse d’école qu’elle dit connaître. En effet, en quelques occasions, la victime, appelée Miss par son entourage, lui aurait confié des tâches ménagères.

Prise de bec

Mais, le jeudi 26 novembre, la vieille dame qui prenait son bain n’a rien entendu. Entre-temps, Katoucha a eu accès dans la maison en ouvrant une porte sur le côté de la demeure. Elle a indiqué aux éléments du Scene of Crime Office où elle est passée. À ce moment-là, elle ne savait pas où se trouvait la vieille dame. Elle a emprunté directement les escaliers pour se rendre à l’étage. Elle s’est introduite dans la chambre à coucher de celle-ci. Pensant que la victime s’était absentée, elle a commencé à fouiller les tiroirs et les armoires. Sauf qu’environ 10 minutes plus tard, elle a entendu du bruit provenant de la salle de bains.

« Ler monn al geter, monn trouve bolfam la », devait-elle confier aux enquêteurs. En sortant de son bain, Miss a été surprise de voir la jeune femme dans sa maison. Elle lui a réclamé des explications. S’ensuit alors une prise de bec entre les deux. Elles en sont venues aux mains. « Nou finn liter dans couloir », a indiqué Katoucha. La vieille dame est loin de se laisser faire. « Monn ferme li dan sal de bein. Mais la clé truv endan, linn reouver la porte », soutient-elle. La victime est réapparue devant elle. « Monn pousse li dan twalet. So figir inn tapp lor robinet et linn tomber », a précisé la jeune femme.

Croyant que la vieille dame a perdu connaissance, elle s’est sauvée. Mais, elle a dû faire demi-tour. La raison, «  mo portab inn tomber, monn bizin retourner pou pran li », devait-elle préciser. De nouveau devant les toilettes, elle constate que la vieille dame saigne. « Monn pran enn couette pou souye li », avance-t-elle.  Mais la dame, malgré ses blessures, puisant dans ses dernières forces, tente de se défendre encore. Cette fois-ci, Katoucha a poussé la victime violemment. «  Linn tombe lor vase twalet », elle pensait alors que la vieille dame ne se relèverait pas. Toutefois, Miss s’est mise debout. « Monn prend enn treng ki ti dan la sal de bein, monn tapp dan so figir ». Avec ce coup ultime, elle avait achevé la vieille dame. Elle a pris la fuite par la même porte mais, pour ne pas se faire remarquer, elle est passée dans l’arrière-cour. À l’arrivée de la police ce jour-là, la vieille dame était assise près des escaliers. Ce n’est que dans la soirée qu’elle avait rendu son dernier souffle. 

Après cet exercice, la présumée meurtrière a été reconduite en cellule policière.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !