Live News

Meurtre d’Ayaan : son père biologique admis à l’hôpital Brown-Séquard

Le petit Ayaan entouré de ses parents.

Adil G. Ramdoo, 29 ans, le père biologique d’Ayaan, qui purge une peine de deux ans à la prison de Beau-Bassin, a été admis en traitement à l’hôpital psychiatrique Brown-Séquard, dans la nuit du lundi 16 novembre.

La mort de son fils a été un grand choc pour lui et il n’arrive pas à digérer l’impact de ce drame. C’est ce qu’avance sa mère Fazila G. Ramdoo, 64 ans, une habitante de Terre-Rouge. « Mo fine aprane ki depi samedi li pe fer ene ti peu desorde dans prison, li pe koze fort fort tout seul et li pe divaguer, la tête pe fatiguer. Zot ti amène li l’hôpital dans prison après fine transfère li Brown Sequard et li pe gagne tretman et li calmer là », déclare Fazila. Il ressort du milieu pénitentiaire qu’Adil Ramdoo est perturbé depuis qu’il a appris cette mauvaise nouvelle et qu’il commence à avoir un comportement agressif. « Pour sa santé et sa sécurité, nous avons cru bon de lui faire admettre dans une salle de haute sécurité à l’hôpital Brown-Séquard », nous indique un haut gradé.

Adil n’avait qu’un seul vœu : se retrouver avec son fils Ayaan alors qu’il était encore vivant. La dernière fois qu’il l’avait vu, c’était le 16 juillet 2020, avant que son épouse Nawsheen ne déserte le toit conjugal en compagnie de leur fils pour se réfugier chez le présumé meurtrier Ashar. Depuis, Adil n’a jamais cessé de chercher son fils et son épouse chez les proches de sa femme, et même chez des amis. Le couple avait l’habitude de se séparer après une dispute et très souvent, Nausheen regagnait le toit conjugal une ou deux semaines après. Mais cette fois-ci, sa disparition a intrigué Adil et ses proches. À un moment donné, Adil s’était même rendu au poste de police pour signaler la disparition de son épouse et de son fils. Il voulait faire une déclaration de «missing», mais les policiers, qui étaient au courant qu’il s’agissait d’une fugue, ont conseillé à Adil de se tourner vers les tribunaux pour obtenir un droit d’hébergement et de visite pour son fils. Mais, comble de malchance, en août 2020, suite à une affaire de vol, ce père de famille a été condamné à deux ans de prison. Depuis, toutes ses démarches pour retrouver son fils sont tombées à l’eau. Fazila nous confie que sa dernière visite en prison pour voir son fils Adil, remonte au jeudi 12 novembre 2020, le jour même où Ayaan a été tué. « Li dire mwa mama to gagne nouvel Ayaan. Sak fois mo ale visite sa meme koze li dire mwa. Mo dire li non mo pas gagne so nouvelle pas kone kote li été. Li dire mwa li pou fer démarche depi dans prison pou fer Nawsheen amene Ayaan lors visite dans prison », raconte Fazila.

Les proches d’Adil craignent pour l’état de santé de ce dernier. Car ils ont peur qu’Adil n’arrive pas à supporter la mort de son fils et qu’il commette une bêtise dans un moment de désespoir. Au téléphone avec sa mère, le jour de la mort de son fils, il s’était enquis pourquoi Nawsheen n’avait pas protégé Ayaan et dénoncé Ashar. «Li ti pe dire ki fer Nawsheen fine laisse fer sa avec so zenfant kote li ti été kan so zenfant ti pe gagne bate. Adil ti pe ploré beaucoup. Li dire o moins laisse li assiste lenterrement so zenfant et dire li adieu », dit Fazila.  Pour rappel, il y a cinq ans, Adil avait épousé religieusement Nawsheen Beeharrry et de cette union est né Ayaan. Mais le couple bat de l’aile et souvent Nawsheen fait le va-et-vient chez ses proches. Alors que son épouse était enceinte de cinq mois, Adil est allé purger une peine de huit mois de prison. C’est Fazila qui s’occupait de sa belle-fille jusqu’à la naissance d’Ayaan. De la prison, Adil avait déclaré l’enfant et avait même fait des démarches pour que son épouse bénéficie d’une pension alimentaire. Quand il est sorti de prison, Ayaan était âgé de quatre mois. Selon ses proches, Adil était très attaché avec son fils.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !