Live News

Meurtre d’Asha Ramchurn: le suspect Navin Dhurry disparaît et laisse une note de suicide à ses proches

Navin Dhurry, principal suspect dans cette affaire et en médaillon, Asha Ramchurn
Il était attendu, mardi, lors du procès pour le meurtre d’Asha Ramchurn en 2009. Navin Dhurry, 35 ans, principal suspect dans cette affaire, ne s’est jamais présenté devant la justice.
Il est sorti de la maison familiale à Castel et a laissé une note à ses parents. Note dans laquelle il clame son innocence et indique qu’il compte mettre fin à ses jours. La police a émis un mandat d’arrêt contre lui. Koontee, 55 ans, mère de Navin Dhurry, est anéantie. Elle ne se doutait nullement des intentions de son fils. Le matin, il avait respecté l’une des conditions de sa remise en liberté sous caution et s’était présenté au poste de police de la localité. « J’ai vu mon fils pour la dernière fois vers 8 heures. Il s’était préparé pour se rendre en cour. Il est passé devant moi dans le salon, puis il est sorti », dit-elle. Toutefois, vers 9 h 45, alors qu’elle vaquait à ses occupations, Koontee reçoit un message sur son cellulaire. « Mon fil m’indiquait qu’il avait laissé une lettre sous le matelas dans sa chambre. Je suis tout de suite partie récupérer la lettre ».

Crime atroce

C’est le 25 mars 2009 qu’Asha Ramchurn, née Baboolall, a trouvé la mort. La jeune femme de 25 ans avait rendez-vous avec l’infirmier Navin Dhurry. Ils devaient se voir à la gare Jan Palach à Curepipe. L’amant aurait échafaudé un plan. Il a emmené sa maîtresse dans un champ de thé à Wooton où une dispute a éclaté. Muni d’un couteau, il aurait menacé la jeune femme. Il devait abuser d’elle avant de lui infliger un violent coup au visage. Asha Ramchurn a eu la tête écrabouillée à l’aide d’une pierre. Ce n’est qu’après quelques jours que le corps en décomposition d’Asha Ramchurn a été retrouvé. Huit mois après ce drame, Navin Dhurry a été libéré sous caution. Il est défendu par Me Assad Peeroo.

« Pas mwa kine touille madam la »

Koontee ouvre la lettre. Elle n’en croit pas à ses yeux. Elle lit : «Sorry pou tou ce ki tone depenser avec mwa. Mone alle swisider… ». Le fils expliquait qu’il ne peut plus supporter de voir ses parents se démener pour payer sa caution. « Dépense ene dernier fois dans mo l’enterrement apre fini sorry », ajoute-t-il. « Navin mentionne également dans sa lettre son ex-épouse dont il disait être toujours amoureux et qu’il ne pourrait vivre sans elle ». Dans sa missive, Navin insiste : « Pas mwa kine touille sa madame la ». Il encourage ses parents à ne pas baisser les bras. Après avoir lu la lettre, Koontee s’est immédiatement ruée vers la chambre de son autre fils. Elle s’est rendue à la police et a remis une copie de la lettre. La mère apprend aussi que son fils ne s’est jamais présenté en cour d’assises. Un mandat d’arrêt a été lancé à son encontre. Pour l’heure, le procès a été renvoyé au 16 courant. « Je crois en l’innocence de mon fils. Je le crois quand il affirme qu’il n’est pas impliqué dans ce meurtre », soutient Koontee. Elle lance un appel à son fils : « Mo conner tou pou all bien, retourne lakaz », pleure-t-elle. Six ans après les faits, Hurryduth Baboolall, 65 ans, père d’Asha Ramchurn, dit laisser le destin s’occuper du sort du  présumé meurtrier de sa fille. «  Si une personne a bien agi, elle récolte de bons résultats, sinon c’est l’inverse », lâche-t-il. « Après toutes ces années, je dis que ma fille est simplement partie. Mo moral fatigué », confie-t-il. La police multiplie les recherches afin de retrouver Navin Dhurry.
Related Article

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !