Live News

Metro Express :  pression énergétique sur le CEB

Metro

Afin d’assurer la demande énergétique pour l’opération du Metro Express, le Central Electricity Board (CEB) devra puiser dans ses réserves.

Actuellement, le CEB dispose de quelque 550 mégawatts pour une consommation qui frôle les 500 mégawatts. Ce qui lui laisse une marge de 50 mégawatts, nécessaire pour pouvoir à la fois compenser d’éventuelles pannes sur le réseau et d’effectuer la maintenance des générateurs. Toutefois, avec la mise en opération du Metro Express, dont le ‘soft launch’ est prévu pour la fin de septembre, le CEB devra fournir, dans un premier temps, 5 mégawatts additionnels pour le trajet entre Port-Louis et Rose-Hill. 

Ce qui poussera le CEB à puiser dans ses réserves afin d’alimenter 6 sub-stations (ndlR. des stations qui transforment l’électricité fournie par le CEB afin d’alimenter les Light Rail Vehicles du Metro Express) aussi bien que les deux Urban Terminals,  ceux de Port-Louis et de Rose-Hill, lorsque ceux-ci seront prêts  ainsi que le dépôt de Richelieu. Lorsque le trajet entre Port-Louis et Curepipe sera opérationnel, c’est encore 6 mégawatts additionnels que le CEB devra fournir, soit un total de 11 mégawatts pour un investissement d’environ Rs 400 millions.   

Au niveau du CEB, un haut cadre ne cache pas que cette demande énergétique supplémentaire viendra mettre davantage de « pression » sur le CEB. « Certes, nous avons des réserves qui correspondent à 10% de la demande actuelle. Toutefois, il faut aussi tenir compte de la demande croissante en énergie, que ce soit à des fins domestiques, commerciales ou industrielles. Sans compter qu’avec l’arrivée de l’été il faudra également s’attendre à une nouvelle hausse dans la demande », fait ressortir notre interlocuteur. 

Ces « réserves », précise-t-il, sont disponibles pour garantir une certaine sécurité pour les besoins énergétiques du pays. « Si une centrale arrive à tomber en panne, sachant que le CEB dispose de machines vieillissantes, il faut pouvoir compenser le manque d’électricité que cela va engendrer sur le réseau. D’où l’importance de ces réserves. Mais si nous continuons à grignoter dans ces réserves pour assurer l’alimentation quotidienne, cela devient problématique », prévient le haut cadre tout en soulignant que le CEB est aujourd’hui limité en termes de production énergétique. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation