Explik Ou Ka

Méprise dans des produits : une récolte estimée à Rs 350 000 part en fumée

Au lieu du pesticide c’est de l’herbicide qui a été utilisé dans le champ.

Pradesh (nom modifié), un planteur de légumes de Plaine-Magnien, a vu sa plantation de lalos partir en fumée après avoir appliqué de l’herbicide au lieu de pesticide. La cause : des « conseils  mal avisés »… Un arpent de plantation estimé à Rs 350 000 en termes d’investissements est complètement ruiné. Le planteur, désespéré, revient sur les événements qui l’ont conduit à cette situation. 

Pradesh explique qu’il est allé acheter du pesticide chez son fournisseur habituel à Port-Louis. « Quand j’ai voulu acheter du pesticide que j’utilise habituellement, le vendeur m’a recommandé un nouveau produit qui serait supposément plus efficace. J’ai écouté ses conseils et une semaine après j’ai utilisé le produit. Toutefois, deux jours ensuite, j’ai remarqué que ma plantation était complètement endommagée », raconte-t-il.  À la suite de cet incident, le planteur a contacté l’Agricultural Research and Extension Unit (AREU) pour en connaître la cause. « Un officier de l’AREU est venu visiter la plantation et des échantillons de mes légumes ont été envoyés à la Plant Pathology Division pour des analyses. Une semaine plus tard, j’ai reçu le rapport de l’AREU qui stipulait que ma plantation a été endommagée à cause des substances, sans citer le nom du produit incriminé. » 

Pour sa part, Pradesh souligne que sur le reçu, il est mentionné distinctement Mospilan 25 G. «J’ai vérifié le reçu à maintes reprises sur lequel il était indiqué que j’ai acheté du pesticide et non de l’herbicide. C’est pourquoi je conclus que la faute a été commise au moment de la livraison du produit. Dans ce cas, j’exige un remboursement », explique-t-il. Plus facile à dire qu’à faire, puisqu’après plusieurs tentatives de négociation, le fournisseur en question refuse d’endosser la responsabilité. De plus, le rapport de l’AREU, qui n’est pas assez détaillé, ne facilite pas la tâche de Pradesh dans ses démarches. Le planteur a consigné une déposition au poste de police de Plaine-Magnien. Quant au fournisseur du produit pointé du doigt par Pradesh, il ne souhaite pas communiquer pour le moment sur cette affaire.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !