People

Melissa Blackburn : l’instinct de la mode

Melissa Blackburn

Donnez-lui un crayon et une feuille blanche et elle vous dessine une tenue. Melissa Blackburn, styliste, a présenté son premier grand défilé de mode lors du Backstage Award 2018. Rencontre.

« Je dessine tous les jours. Je passe mon temps à regarder les fashion shows. Je m’inspire de tout. En chemin, je peux sortir mon cahier et faire un croquis »

Melissa Blackburn

Créer, créer et encore créer... des bâtiments en passant par des humeurs et des gens, Melissa Blackburn s’inspire de tout. La mode fait partie intégrante de sa vie, depuis qu’elle a l’âge de dessiner et de coudre.

À 8 ans, elle suivait l’aiguille de sa grand-mère, couturière, afin de reproduire en miniature tout ce que celle-ci confectionnait. « Je faisais des robes de poupées pour ma sœur et pour moi », raconte-t-elle avec nostalgie. Cette passion pour la couture, transmise par sa grand-mère, lui a collé à la peau.

Melissa Blackburn fait de la couture depuis l’âge de 8 ans.
Melissa Blackburn fait de la couture depuis l’âge de 8 ans.

Bien qu’elle opte pour les sciences au collège, elle ne cesse de créer. « C’était une vraie passion pour moi. Je cousais moi-même mes pyjamas deux-pièces et je me fabriquais de petites pochettes. Je n’ai jamais vraiment arrêté de créer. » Baignant dans le monde de la mode, elle est mannequin pour l’agence HEAT pendant dix ans.

Lorsque la décision d’un choix de carrière se présente, elle fonce tête baissée dans la mode, en optant pour une licence en Textile and Fashion Design à l’université de Maurice. Du patronage en passant par les techniques de tissage et d’imprimé, elle sera confrontée à tout ce qui touche au métier de styliste, surtout lors de ses stages chez Publico et IV Play.

À 22 ans, elle obtient une bourse en informatique en Inde. «J’y suis allée, mais je ne me sentais pas à ma place. » À son retour, elle est contactée par RT Knits pour un job de styliste. Elle est amenée à créer une collection de a à z. Et au fil des années, elle s’est retrouvée à gérer une équipe qui lancera la marque Newgen. Artiste assoiffée de nouveautés, après onze ans, elle intègre Orchestra, où elle crée depuis trois ans des vêtements pour enfants.

« Ma cousine m’a toujours poussée à lancer ma propre marque, depuis mon plus jeune âge, mais je n’ai jamais trouvé le courage de le faire. » Lorsque l’occasion lui est donnée de présenter son premier défilé au Hennessy Park Hotel l’année dernière, elle l’a saisie.

« Je me suis inspiré des couleurs de l’hôtel, des structures. J’ai parlé à Gael Froget et c’est ainsi que j’ai monté la collection, qui se composait de dix tenues. J’ai dessiné les ensembles, choisi les matières et c’est ma tante qui a réalisé les tenues en l’espace d’un mois », raconte-t-elle.

Le feedback fut immédiat. La styliste est contactée par des personnes qui souhaitent acheter ses créations. « Cela m’a confortée dans l’idée que je devais me lancer. »

La styliste travaille sur la Fashion Week du Hennessy Park Hotel, prévue en avril.
La styliste travaille sur la Fashion Week du Hennessy Park Hotel, prévue en avril.

Elle collectionne des classeurs remplis de modèles. « Je dessine tous les jours. Je passe mon temps à regarder les fashion shows. Je m’inspire de tout. En chemin, je peux sortir mon cahier et faire un croquis. Je constate aussi à quel point les Mauriciens sont trendy sans le réaliser. Il m’arrive aussi de voir des femmes et d’avoir envie de les habiller. »

Ce lien avec la morphologie féminine revient souvent dans ses créations. « Je travaille beaucoup sur les formes de la femme, j’aime pouvoir adapter mes créations à chaque femme. »

La crainte de se lancer freine la styliste. « Tout cela a un coût, sans compter le risque à prendre si la marque ne marche pas. » Lorsqu’elle se lancera, ce sera, selon elle, de manière impulsive. En attendant, elle travaille sur la Fashion Week du Hennessy Park Hotel, prévue durant la première semaine d’avril.