Live News

Media Trust Awards Night : Le Défi Media Group à l’honneur

Lors de la sixième édition du Prix Nicolas-Lambert, organisée par le Media Trust au Caudan Art Centre, le Défi Media Group a raflé plusieurs prix. 

Jean-Luc Émile : «Un projet de convergence qui a été primé»

jean luc

C’est Jean-Luc Émile de Téléplus/Défi Media Group qui est le lauréat de la sixième édition du Prix Nicolas-Lambert. En sus d’être le grand gagnant de ce concours, il a aussi été primé dans la catégorie« Meilleure production multimédia 2020 – 5 minutes » pour un reportage intitulé : « Frontières fermées, business de drogue à ciel ouvert ». « Ma devise a toujours été de miser sur la qualité et de viser l’excellence », explique le journaliste qui a vingt-trois ans de métier. Pour lui, le gros challenge est de continuer à garder le niveau. « Je souhaite que les jeunes journalistes soient guidés par cette même passion et se donnent à fond pour faire du bon journalisme. Nous sommes les yeux et les oreilles de la société. Il y a des sujets partout », indique-t-il.

Il estime cependant que la forme est importante et que le fond l’est encore plus. Il explique par ailleurs que ce reportage qui était sorti en format supplément est le fruit d’une collaboration entre différentes rédactions et ‘clusters’.

« C’était le premier projet de convergence. Chacun a apporté sa pierre. J’ai travaillé sur le story-board et j’ai concilié les différents aspects, malgré les difficultés. Ce qui démontre qu’on peut travailler en équipe, même si on n’est pas dans la même rédaction », lance le responsable de Téléplus . 

Eshan Dinally/ Patrick Hilbert/ Bhuckory : Le trio gagnant 

eshan

Le prix du meilleur article de presse a été attribué au trio Hilbert/Bhuckory/Dinally. Trois journalistes chevronnés de trois différents ‘cluster’ du Défi Media Group. C’est leur article « Air Mauritius : les sept péchés capitaux » qui a retenu l’attention du jury. Patrick Hilbert, qui compte vingt-et-un ans de métier et qui est le responsable de l’équipe d’actualité, explique qu’il fallait mettre en avant les raisons qui ont provoqué la chute d’Air Mauritius, en révélant tous les maux dont souffrait la compagnie. «  Cela a été un travail de longue haleine. Je tiens aussi à remercier ma famille : mon épouse et mon fils qui ont énormément de patience quand je travaille pendant de longues heures. J’ai un mot spécial pour ma mère qui est toujours d’un grand soutien. »

Pour sa part, Kamlesh Bhuckory est un journaliste de carrière et qui anime la Minute économie à la radio et qui a également une riche carrière dans la presse financière internationale. « Ce succès, je le dédie à ma mère Rajcoomaree Devi Bhuckory et à mon frère Mahendra Bhuckory. Ils m’ont toujours soutenu dès mes premiers pas dans la presse et même quand j’étais dos du mur. Je remercie le CEO/rédacteur en chef du Défi Media Group qui prône la diversité journalistique », déclare-t-il.

Quant à Eshan Dinally, chef d’édition, il souligne que c’était un travail d’équipe entre les clusters actualité, économie et enquête pour recouper le plus grand nombre d’informations possibles sur les maux qui plombent Air Mauritius. « En l’absence d’une Freedom of Information Act, ce n’était pas une mince affaire. Après des semaines de persévérance, nous sommes parvenus à bien ficeler notre papier qui contient des éléments fiables et irréfutables qui d’ailleurs ont été confirmés par la mise en administration volontaire de la compagnie. À mon humble avis, le paille-en-queue ne pourra redécoller et atteindre sa vitesse de croisière qu’en éliminant les « sept péchés capitaux » que nous avons dénombrés. À bon entendeur, salut ! », lance ce dernier.

Nawaz Noorbux : «Collendavelloo a voulu m’intimider mais je suis resté ferme»

nawaz

Le directeur de l’information du Défi Media Group s’est d’ailleurs vu décerner le prix Meilleure interview (Radio/Multimédia) pour son interview avec l’ancien ministre de l’Énergie, Ivan Collendavello. « Si je n’avais pas ‘go the extra mile’, l’entretien n’aurait pas porté ses fruits. Ivan Collendavelloo a voulu m’intimider, mais je suis resté ferme. On a dû lui faire écouter ce qu’il avait dit à l’Assemblée nationale. Je pense quc’est une interview qui restera mémorable », avance notre interlocuteur.  « Avec de l’expérience et de la maturité, on arrive à faire de bons entretiens. Primo, du sujet et secundo, de l’invité. On doit pouvoir faire des relances. Puis, n doit ressentir et dire ce que pensent les gens. Il doit se faire le porte-parole du public », confie le gagnant.

Rhavish Persunnoo primé pour sa passion pour le sport

rhavish

Il n’est pas un journaliste sportif. Pourtant Rhavish Persunnoo, à gauche,  a su se démarquer, animé par sa passion pour l’hippisme. Il a reçu le prix du journalisme sportif pour son reportage - Hippisme : l’incroyable histoire d’Abhisek Sonaram. « Je remercie le Défi Media Group. Je remercie mon collègue et ami, Antish Bhowan, (au centre) et son équipe qui ont travaillé nuit et jour sur ce reportage. Je remercie Abhishek Sonaram, car s’il ne m’avait pas accueilli chez lui, cela n’aurait pas été possible. », fait observer le jeune journaliste.

Trois prix pour la MBC

Le prix « Écosystème, environnement et développement durable » est allé à la journaliste et présentatrice de la Mauritius Broadcating Corporation (MBC) Manisha Jooty pour son reportage « Sir Gaëtan : opération pompage ». Ritvik Neerbun a aussi été primé dans la catégorie « Sensibilité au genre » pour son reportage « An eta dalert: premie pa ver enn nouvo lavi ». Il met en lumière la problématique de drogue. Utam Ramchurn a, lui, raflé le prix « Santé (Covid-19) 2020 ». 

La Vie Catholique se démarque

En sus d’être le runner-up pour le prix Nicolas Lambert, le duo Anaïs Rock et Yanick Bazile a décroché le prix « Économie, affaires et finances » pour son article ayant pour titre « CSG : Pourquoi ça fait débat ? ». Par ailleurs, Yanick Bazile a été primé avec une mention spéciale du jury pour la meilleure interview 2020 pour la presse écrite pour son entretien avec le ministre des Terres et du Logement, Steeven Obeegadoo.

La meilleure photo au groupe Sentinelle 

C’est Krishna Pather, photographe du groupe La Sentinelle qui a été récompensé dans la catégorie « Meilleure photo de presse

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !