MCB : Des bénéfices de Rs 5,4 milliards

MCB

La tendance d’un meilleur rendement des opérations externes et non-bancaires du groupe Mauritius Commercial Bank (MCB) se confirme. Pour les neuf mois se terminant à mars dernier, le groupe a réalisé des bénéfices de Rs 5,4 milliards, représentant une progression de 5 % par rapport à la même période en 2017. Les revenus provenant de l’extérieur de Maurice et des opérations non-traditionnelles en ont contribué pour 56 %.

À la base des progrès actuels, la direction estime que les résultats pour l’année se terminant fin juin devront s’améliorer. Les perspectives sont encourageantes compte tenu des projets d’affaires et des signes d’un renforcement de l’activité économique au niveau global, régional et domestique, souligne-t-elle.

Le résultat d’exploitation a augmenté de 6,6 % pour atteindre Rs 12,5 milliards. Cette performance est attribuée à une croissance de 8,8 % aux revenus nets d’intérêts. Selon Pierre Guy Noël, CEO de MCB, cette efficacité reflète un fort accroissement des activités à l’étranger de la banque et dans une moindre proportion, des investissements plus élevés dans les titres du gouvernement dans un contexte de forte liquidité à Maurice.

La marge nette d’intérêts en fonction d’un pourcentage par rapport aux actifs productifs moyens s’est accrue au cours de la période en question après plusieurs années de repli. Le produit net des frais et commissions a grimpé de 7%. Cette hausse a été soutenue principalement par une hausse des recettes provenant des prêts, des financements de transactions commerciales régionales et des opérations de paiements dans le cluster bancaire ainsi que la croissance continue dans le segment non-bancaire. Dans la catégorie ‘autre produit’, le bénéfice a reculé de 1,1 % en dépit des gains de 1,4 % de plus réalisés sur le taux d’échange.

En raison des projets en cours pour le renforcement des capacités à travers le groupe, les dépenses opérationnelles se sont élevées par 8 %. Cela a contribué à une hausse du ratio coût-revenu pour s’établir à 41,3 % contre 40,8 % au cours de la même période l’année dernière.

Les charges de dépréciation nettes ont augmenté par Rs 194 millions à Rs 1 milliard, représentant un taux annualisé de 65 points de base en termes de prêts et créances bruts. De ce nombre, sept points de base sont liés à des provisions effectuées à la suite d’une hausse dans des prêts et des avances. Le ratio des prêts non-productifs bruts s’est établi à 4,9%.

Malgré une amélioration de la performance de la Banque Française Commerciale Océan Indien (BFCOI), la part des bénéfices en provenance des sociétés associées est restée inchangée. Cette situation tient en compte des pertes du côté du groupe Promotion and Development (PAD).

Les fonds propres de la banque se sont accrus de à Rs 50,7 milliards, donnant lieu à un taux de coefficient de suffisance du capital de 17,8% dont 15,7% sous la forme de Tier 1 (ratio de capital de première catégorie).