Live News

MBC : Ramsurrun victime de la guerre des clans

S’il a officiellement attribué son départ de la Mauritius Broadcasting Corporation à des décisions personnelles et familiales, on apprend toutefois que les raisons étaient toutes autres. Les guerres claniques ont, au final, eu raison d’Anooj Ramsurrun à la tête de la station.

La démission du directeur général par intérim de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) vient une nouvelle fois mettre en lumière la guerre clanique qui couvait à Moka depuis un certain temps. Si Anooj Ramsurrun a, au courant de la journée, expliqué que ce sont pour des raisons personnelles et familiales qu’il a claqué la porte de la station radiotélévision nationale, plusieurs sources que nous avons interrogées nous ont fait comprendre que ce sont les animosités entre la rédaction de la télévision et de la radio qui ont eu raison de lui.

Au beau milieu de ces hostilités entre les deux rédactions se trouvait Anooj Ramsurrun, qui était souvent appelé à jouer à l’arbitre. Les différentes informations obtenues auprès de sources provenant de la rédaction télé et radio révèlent que les relations entre Sadhna Teeluckdharry et Anooj Ramsurrun étaient parfaitement cordiales au moment de la nomination de ce dernier en 2018, les choses se sont, au fil du temps, dégradées. Une source, qui a témoigné de l’évolution des relations entre les deux, explique qu’il y avait une complicité évidente entre les deux et qu’ils étaient des alliés objectifs. En somme, une relation qui arrangeait les intérêts de chacun. Cette même source tient d’ailleurs à faire ressortir que c’est grâce à Anooj Ramsurrun que Sadna Teeluckdharry a été promue comme responsable de la radio ainsi que membre de l’Executive Committee du conseil d’administration de la MBC.

Une relation qui ne faisait visiblement pas plaisir à certains membres de la rédaction de la télévision. Une source proche de Sadna Teeluckdharry avance qu’il y a eu plusieurs tentatives de certains seniors de la rédaction de la télévision pour la rallier à leurs causes. « Avec la rivalité incessante qui règne entre l’équipe de la radio et celle de la télévision, ces seniors savaient qu’il fallait avoir Anooj Ramsurrun de leurs côtés. Cela impliquait donc de retourner Anooj Ramsurrun contre la radio et sa responsabl

Radio MBC : l’enfant pauvre

Les requêtes de la rédaction de la radio essuyaient de plus en plus de refus. « Certains vont dire que Sadna devenait de plus en plus exigeante auprès de l’ancien directeur, mais elle ne faisait que formuler des requêtes légitimes pour son équipe. Elle n’a à aucun moment demandé quoi que ce soit pour ses propres intérêts, mais elle voulait tout simplement que les membres de son équipe soient traités sur le même pied d’égalité que les journalistes de la télé », affirme une source, visiblement rangé dans le camp Teeluckdharry. Cette même source souligne que la rédaction de la radio a été considéré comme « l’enfant pauvre » de la MBC.

« Nou kouma bann dimoun kinn zett dan enn kwin. Pourtan ce nu mem ki fer meyer zournal. Nous ne faisons pas du réchauffé contrairement à la télévision. Les informations présentées dans le journal de la radio sont fraîches et beaucoup plus attrayantes », dit cette source. Laquelle fait aussi ressortir que Sadna Teeluckdharry a, plusieurs fois, reproché à l’ancien directeur par intérim que les journalistes de la radio étaient souvent appelés à contribuer pour la télévision, mais qu’il n’y avait jamais de retour d’ascenseur de la rédaction de la télévision. La politique de voyage et de formation à l’étranger était aussi souvent source de discorde. La rédaction de la radio reprochant constamment à celle de la télévision d’accaparer « les meilleurs voyages alors qu’on laissait des miettes à la radio. »

La confrontation était de ce fait devenue inévitable entre Anooj Ramsurrun et Sadna Teeluckdharry. Le président du conseil d’administration de la MBC, Beejhaye Ramdenee, que nous avons contacté, mercredi au téléphone, confirme cette relation conflictuelle. « Il y avait bel et bien des divergences, mais uniquement sur le plan professionnel et non sur le plan personnel. Les conflits dans une entreprise sont courants. J’encourage d’ailleurs le conflict management, car s’il n’y a pas de conflits, il ne peut y avoir de progrès », dit-il.

Dernier conflit : jeux des îles de l’océan Indien

Un des derniers conflits entre Sadna Teeluckdharry et Anooj Ramsurrun avait pour toile de fond les derniers Jeux des îles de l’océan Indien. Il avait en effet été convenu par la direction que les journalistes des différentes rédactions allaient être mis à contribution pour la couverture de cet événement. Sauf qu’on apprend que Sadna Teeluckdharry aurait fait de la résistance, ce qui a résulté à de violents échanges avec l’ancien directeur par intérim. « Cela arrive qu’il y a des conflits entre différents départements, car chacun veut garder son confort et son royaume. Mais cela ne veut pas pour autant dire que Sadna Teeluckdharry a refusé de mobiliser ses ressources pour les Jeux des îles », ajoute pour sa part le président de la MBC.

Une pétition en date du 7 août 2019, signée Ravin Joypaul, Ashok Beeharry et David Boodhna adressée au président de la MBC ainsi qu’à l’ancien directeur général, est venue mettre en exergue tout le malaise qui a régné au sein de la MBC au sujet de la couverture des Jeux des îles. Ces derniers ont, tout au long de cette correspondance, mis en avant le fait que la rédaction de la télé s’est assurée de donner une bonne couverture de cette manifestation sportive, alors que d’autres départements ont préféré jouer aux abonnés absents.

Une autre pétition, cette fois datée du 16 juillet, a aussi contribué au départ prématuré d’Anooj Ramsurrun. Cette pétition faisait état des griefs de certains journalistes qui ont reproché à l’ancien directeur d’avoir tenu des propos inélégants à leur encontre. Cette lettre, intitulée ‘discriminatory comments’ révèle d’ailleurs que la tenue de ces propos, jugés déplacés, ont été confirmés par nul autre que Sadna Teeluckdharry.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !