People

Mauricien en Chine - Dr Mouniir Durgahee : «On ne peut vivre en Chine qu’en parlant l’anglais»

Dr Mouniir Durgahee Le Dr Mouniir Durgahee a fait des milliers de chirurgie à ce jour.

Parlez-vous couramment le chinois, Dr Mouniir Durgahee ? « Wo xiang mei wenti (Je pense que oui) », répond dans un éclat de rire, le Mauricien de 29 ans. 

Actuellement    médecin en chirurgie thoracique et cardiovasculaire à Wuhan, ce jeune homme raconte son parcours. Après le Higher School Certificate au collège Royal de Curepipe, Mouniir Duraghee met le cap sur Wuhan pour faire des études en médecine au Huazhong University of Science and Technologie (HUST). En déposant ses valises dans cette ville chinoise en 2010, le jeune Mauricien ne sait dire que :  Ni hăo (Bonjour) et Xiè xie (Merci). Mais encore yi (un), er (deux), sān (trois), sī (quatre) et wu (cinq). 

En première année universitaire, Mouniir Durgahee effectue un module qui lui permet d’apprendre le chinois de niveau 4, requis pour étudier la médecine en Chine. Puis, il décide avec des amis de parcourir la Chine pour découvrir la beauté et la riche culture de ses belles villes. Grâce à sa persévérance, il finit par parler le chinois. Aujourd’hui devenu médecin en chirurgie thoracique et cardiovasculaire à l’hôpital de Tong ji, le Dr Mouniir Durgahee indique qu’il parle le chinois matin, midi et soir avec ses patients. « En m’adressant à eux dans leur langue, il y a une relation de confiance médecin-patient qui est d’ailleurs au cœur de l’activité médicale », renchérit-il. Après avoir vécu dix ans en Chine, le jeune médecin parle couramment le chinois avec son entourage. « On ne peut vivre en Chine qu’en parlant l’anglais. La plupart des gens ne peuvent pas parler cette langue. Donc, j’ai dû l’apprendre en lisant des livres, en regardant des films et écoutant des chansons. Je me suis aussi perfectionné en conversant avec mes amis. C’est ainsi que je me suis retrouvé à participer à une émission télévisée chinoise », dit-il tout sourire. 


Émission télévisée chinoise : gagnant aux questions pour un champion

mouniirMédecin volontaire pour le grand marathon annuel de Wuhan, Mouniir Durgahee se fait remarquer par une chaîne de télévision chinoise en mai 2019. « On m’a demandé si je voulais participer à un jeu en chinois axé sur la culture générale. J’étais réticent au début. Après, en voyant les thèmes comme l’histoire de  Chine, les guerres mondiales et la géographie, je me suis lancé dans cette aventure », renchérit le jeune homme. Le Dr Mouniir Durgahee bouquine quand même pour être au top lors de cette émission.

Sur le plateau de Yi Zhan Dao Di qui signifie Stand Still till the end, le Mauricien a six adversaires, tous des Chinois. Notamment un boxeur, un champion de VTT, une instagrameuse et deux élèves en PHD des meilleures universités de Pékin. À la demande des présentateurs, Mouniir Durgahee se présente en tant que médecin Mauricien qui travaille à Wuhan. Quid de son talent ? Il décide de parler de son apprentissage du chinois pour communiquer avec ses patients. « J’ai aussi sorti de ma poche un billet de Rs 25. Et j’ai expliqué l’histoire de Maurice avec la Chine en montrant l’effigie du billet », dit-il en rigolant. Lorsque la caméra le choisit, il a pour adversaire l’instagrameuse. Après un match de dix questions, la jeune fille est éliminée en premier pour avoir donné une mauvaise réponse. 

Le jeu continue et le Mauricien finit par se retrouver à un face à face avec le dernier contestant. Notamment Li Hong Tao (26 ans) qui faisait son PHD dans une des meilleures universités de Pékin. Toutefois après un ping-pong de 20 questions-réponses, le Chinois est éliminé. Et le Dr Mouniir Durgahee devient le Guang Jun (champion) avec des prix d’une valeur de Rs 50 000. « Comme l’événement a été médiatisé sur les réseaux sociaux, j’ai acquis une certaine notoriété », indique le Dr Mouniir Durgahee.


Wo Ai Ni Zhong Guo: I love You China 

En 2019, la popularité du Dr Mouniir Durgahee le conduit à une autre émission : Wo Ai Ni Zhong Guo (I love you China), une plateforme de Hubei TV visant à mettre en avant les talents des étrangers vivant en Chine. Pendant une heure, le Mauricien parle de sa profession et de son pays. Mais aussi des défis à relever en tant que médecin Mauricien vivant en Chine. Comme ses dires devaient être confirmés par quelqu’un de son entourage, c’est son professeur Wei Xiang (un des premiers médecins à faire une transplantation du cœur sans une goutte de sang) qui, malgré un emploi du temps chargé, est venu le soutenir dans cette émission diffusée en octobre dernier à l’occasion des National Holidays de Chine. Par ailleurs, en 2018 et 2019, le Dr Mouniir Durgahee a reçu l’Award du Young Promissing Doctor de l’hôpital de Tong ji.


Féru des mathématiques

Après ses études primaires à l’école de Wootun, Mouniir Durgahee vise le collège Royal de Curepipe où il voulait être admis depuis tout petit. Mais comme le système du ranking est aboli, il se voit faire le secondaire au collège Impérial, où il rafle la majorité des prix dès la Form I. Après la Form V, son rêve d’aller au collège Royal de Curepipe se matérialise enfin. « Au collège Impérial, nous avions l’habitude de dire qu’on était impe royal. Donc je suis devenu Royal après », dit-il en éclatant de rire. Après le HSC, le jeune homme aspire à faire des études en médecine. Les faire à Bordeaux était financièrement difficile pour ce fils de chauffeur de taxi et de mère femme au foyer. 

Mouniir Durgahee, un féru des mathématiques, enseigne cette matière à des élèves de sa localité en leur donnant des leçons particulières. Parallèlement, il travaille dans une pharmacie à Curepipe. Ne connaissant rien du métier, le jeune homme raconte qu’il ramassait des fiches dans les boîtes de médicaments vides pour les compiler dans un classeur. Histoire d’apprendre leurs compositions et leurs usages. Astuce qui lui permet de dispenser des médicaments aux gens en pharmacie pendant sept à neuf mois. Ensuite, sur les bons conseils d’un ami, son père l’envoie en 2010 pour des études en médecine en Chine. « Toutfoi mo papa inn dire moi pas galoup derrière kass kan to vine dokter mais fer tout pou sauv la vie ban dimoun », indique le Dr Mouniir Durgahee. Avec les encouragements de son père Oomar, de sa mère Shaila et de sa sœur Asmah, le jeune homme donne le meilleur de lui-même au Huazhong University of Science and Technologie (HUST) à Wuhan, où il fait son MBBS.


Cinq articles de recherche

En 2016, le Dr Mouniir Durgahee a participé à la première chirurgie robotique Da Vinci. À ce jour, le jeune médecin qui est aussi lecturer, a publié cinq articles de recherche. Et ayant été un des 10 meilleurs de sa promotion, il a décroché une bourse pour faire son Master de spécialisation en chirurgie cardiovasculaire et thoracique au Huazhong University of Science and Technologie, avec pour directeur de mémoire, le célèbre professeur et chirurgien cardiaque de la Chine centrale, le professeur Wei Xiang, reconnu pour ses recherches sur les maladies aortiques et la dissection aortique. Après 4 ans à travailler sans relâche à l’hôpital de Tong ji à Wuhan, le Dr Mouniir Durgahee est rentré à Maurice il y a 20 jours pour faire une surprise à ses parents. Il remettra le cap sur la Chine en mars prochain.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP