Editor's-choice

A Maurice : les professionnels étrangers touchent Rs 60 000 à Rs 4 millions par mois 

4 210 professionnels étrangers travaillent actuellement à Maurice.

En raison d’un manque de savoir-faire et d’expertise dans certains secteurs d’activité, de nombreuses entreprises recherchent des professionnels étrangers. Une demande en augmentation depuis ces dernières années. Combien de professionnels étrangers travaillent à Maurice ? Dans quels secteurs et quels postes occupent-ils ? Éléments de réponse avec l’Economic Development Board. 

4 210 

C’est le nombre de professionnels étrangers qui travaillent à Maurice (chiffre de l’Economic Development Board au 31 août 2021). Hormis les professionnels étrangers, les investisseurs et les entrepreneurs indépendants peuvent faire la demande d’un permis d’occupation (Occupation Permit) – ce qui leur donne la possibilité de résider et travailler à Maurice. Au 31 août 2021, le pays comptait environ 936 investisseurs 
et 445 entrepreneurs indépendants.

Permis d’occupation (Actif) Total
Professionnels  4 210
Investisseurs 936
Entrepreneurs indépendants 445
Grand total 5 591

Salaires pouvant aller jusqu’à des millions de roupies par mois 

Les salaires des professionnels étrangers varient selon le poste occupé, de Rs 60 000 qui est le minimum tel que préconisé dans la loi (sauf pour quelques exceptions, telles que dans le secteur des TIC), à Rs 4 millions mensuellement.

Un seuil minimum de salaire de Rs 30 000  

Un professionnel étranger peut obtenir un permis d’occupation afin de prendre un emploi à Maurice si le salaire de base mensuel est d’au moins Rs 60 000.

Toutefois, le seuil minimum de salaire est de Rs 30 000 pour le secteur des TIC, le BPO, la fabrication de produits pharmaceutiques, la transformation des aliments, la formation des fonds et les services liés à l’administration, la comptabilité et la conformité.

Impact de la pandémie et la fermeture des frontières 

En 2016, environ 2 365 permis d’occupation ont été octroyés aux professionnels étrangers, suivis d’une hausse les trois années suivantes. Néanmoins, il y a eu une baisse du nombre de permis octroyés en 2020 et 2021 à cause de la pandémie de Covid-19 et des restrictions de voyage.

Nombre de permis d’occupation  octroyés aux professionnels

189 professionnels attendent de venir à Maurice

Il en résulte que malgré une demande toujours en hausse, les professionnels ne peuvent pas venir à Maurice afin de compléter les formalités administratives. L’EDB a en ce moment 189 demandes qui ont été approuvées et les demandeurs attendent de pouvoir voyager pour compléter les formalités et récupérer leurs permis. A noter que les chiffres ne comptabilisent que les demandeurs principaux (excluant les personnes dépendantes qui les accompagnent).

Les Français en tête de liste

Au cours des dernières années, la France a constamment occupé la première place en termes de professionnels titulaires d’un permis d’occupation à Maurice, suivi de l’Inde, d’Afrique du Sud, de la Chine,  de Madagascar et du Royaume-Uni. Le reste vient de 91 autres pays à travers 
le monde.

Graph

Ces secteurs qui emploient des expatriés

Les secteurs des services sont parmi les plus prisés, notamment les services professionnels, les TIC et les médias, les services financiers et le tourisme.

Secteurs Nombre de professionnels étrangers
Services professionnels 987
TIC et médias 927
Services financiers 670
Hospitalité 426
Industrie manufacturière 297
Industrie du savoir 287
Import-export 268
Développement immobilier 117
Médical 107
Industrie agroalimentaire 50
Port franc et logistique 38
Énergie 19
Industrie créative 10
Industrie du cinéma 5
Transformation alimentaire 1
Production pharmaceutique 1

 

Les professionnels étrangers sont plutôt des responsables techniques dans le secteur des TIC.
Les professionnels étrangers sont plutôt des responsables techniques dans le secteur des TIC. 

Les postes qu’ils occupent… 

Selon l’EDB, les postes qu’occupent les professionnels étrangers varient selon les secteurs d’activité. Voici quelques exemples : 

  • Dans le secteur des services professionnels…

    Ils y occupent des postes importants tels que directeur général, directeur des finances, responsable du développement commercial, directeur marketing, chef de projet et responsable des opérations. Il y a aussi des professionnels à un niveau plus technique, tels que des analystes.
  • Dans le secteur des TIC...

    Les professionnels étrangers sont plutôt des responsables techniques tels que directeur de l’innovation, chef de studio, chef de projet (développement), ingénieur d’opérationnalisation, marketeur digital, concepteur de jeux vidéo, expert des interfaces, entre autres.
     
  • Dans le secteur des services financiers….

    On y trouve notamment des directeurs du crédit, gestionnaires de l’intelligence d’affaires, responsables de banques d’investissement, contrôleurs financiers, responsables des affaires réglementaires, directeurs des risques, directeurs des opérations, agents de développement commercial et analystes, entre autres.
     
  • Dans l’industrie du tourisme…

    Les postes avec des responsabilités importantes occupés par les professionnels étrangers sont directeur général, Resident Manager, directeur financier, responsable de la vente et du marketing, directeur du marketing international, directeur du développement commercial, chef exécutif, chef de cuisine, entre autres.

Note : Les professionnels sont recrutés par les deux types d’entreprises, locales et multinationales, dépendant de leurs besoins ou s’il faut combler des postes qui exigent des compétences rares à trouver.

Questions à …

Roshan Seetohul

Roshan Seetohul, président de l’Outsourcing and Telecommunications Association of Mauritius (OTAM)  : « Les salaires varient en fonction des négociations entre l’employé et l’employeur »

A-t-on besoin de professionnels étrangers dans le secteur du BPO/TIC à Maurice ? 

C’est un fait que pour les besoins d’expansion, d’expertise et le transfert de connaissances, le secteur du TIC / BPO a besoin de professionnels étrangers. Ce n’est pas un « nice to have » mais un « must to have ». Bien sûr, il faudra respecter les paramètres afin qu’il n’y ait pas d’abus. De toute façon, les autorités misent sur la pénurie d’expertise avant d’octroyer les permis de travail. Rien n’est fait au détriment des Mauriciens. Il y un processus bien établi pour les Occupation et Work Permits.

Comment évolue le nombre de professionnels étrangers travaillant dans ce secteur à Maurice ?

C’est plutôt le statu quo durant les mois de la Covid-19 depuis mars 2020. Mais une fois que les frontières seront ouvertes, il y aura un réel besoin de professionnels étrangers. Par manque de compétence, l’entreprise doit se doter d’autres moyens afin d’atteindre les objectifs fixés. Il faut chercher et trouver ces compétences. Le dernier recours, c’est de se tourner vers la main-d’œuvre étrangère, qui est essentielle pour le développement du secteur. 
Il y a, valeur du jour, un peu plus de 1 000 professionnels étrangers dans le secteur, répartis comme employés, consultants et investisseurs.

De quels pays sont-ils les plus nombreux ?

Ils viennent de plusieurs continents, dépendant des projets et des opérations. Les plus nombreux viennent de France, de l’Inde, de Madagascar, de la Chine, de quelques pays d’Europe et d’Afrique. Certaines entreprises étrangères font aussi une rotation de leurs cadres avec leur pays d’origine et Maurice afin de maximiser une transmission des connaissances et de cultures aux collaborateurs mauriciens.

Quelles sont les salaires en moyenne que les professionnels perçoivent dans le BPO, en comparaison aux salaires des Mauriciens dans les mêmes postes ?

Pour les salaires, cela dépend de la compétence et de l’expérience des candidats. Pour ceux ou celles qui ont le Work Permit, les salaires sont inférieurs à Rs 30 000. Ces derniers perçoivent plus au moins les mêmes que les Mauriciens pour les mêmes postes. Il faut aussi prendre en considération les autres dépenses à part les salaires des expatriés, notamment le coût de l’hébergement, les billets d’avions, entre autres. 
Pour ceux ou celles qui ont un Occupation Permit, touchant plus de Rs 30 000, les salaires varient en fonction des négociations entre l’employé et l’employeur par rapport à la mission, l’expertise, l’expatriation professionnelle et le contrat à durée déterminée.

 

Sheila Ujoodha

Sheila Ujoodha, CEO du MIoD : « Les étrangers qui siègent dans les Boards sont de plus en plus nombreux »

19 % de professionnels étrangers siègent dans le conseil d’administration en 2021 contre 17 % en 2019, soit une hausse de 2 %. C’est ce qu’indique Sheila Ujoodha, CEO du Mauritius Institute of Directors. 

Elle soutient que cette analyse a été produite lors d’une étude conjointe effectuée par le MIoD et Korn Ferry auprès de 53 entreprises et 600 directeurs, axée sur la composition des conseils d’administration et la rémunération des directeurs.  « Nous comptons aujourd’hui 9 % de professionnels étrangers dans notre base de données », fait-elle ressortir.  Les membres expatriés du MIoD, dit-elle, sont issus de secteurs d’activité aussi divers que variés tels que la Finance, l’IT, le secteur bancaire, l’immobilier et le BPO.  En outre, elle indique que le pourcentage de directeurs expatriés à Maurice (51 %) est supérieur à la moyenne en Europe (41 %).

Quelles mesures pour les attirer… 

Afin d’attirer davantage ces professionnels qualifiés et de faciliter le recrutement d’experts, une série de mesures ont été adoptées.

  • La procédure pour l’obtention d’un permis d’occupation est désormais plus simple grâce à un système en ligne. Suivant le Budget 2021-22, la validité d’un permis d’occupation est passée de 3 à 10 ans, renouvelable.
     
  • Parallèlement, l’EDB a lancé un nouveau portail web avec les informations relatives à l’obtention d’un permis d’occupation ou d’un permis de résidence, ainsi que des informations pratiques concernant l’acquisition de biens immobiliers, le coût de la vie, l’éducation pour les enfants et d’autres services essentiels, ainsi que des loisirs.
     
  • Afin de promouvoir la destination Maurice et attirer de nouveaux prospects, l’EDB a adopté une nouvelle approche médiatique multi canal qui intègre à la fois les réseaux sociaux et les principaux médias dans les marchés ciblés.
     
  • L’EDB collabore avec la MTPA, les opérateurs hôteliers, les voyagistes et les agences de voyages afin de vulgariser le Premium Visa, qui permet à des digital nomades, des blogueurs, des consultants, des professionnels de la finance et des entrepreneurs dont l’activité est indépendante du lieu, de séjourner jusqu’à une année à Maurice.
     
  • D’autres initiatives sont en cours d’exploration et de mise en pratique.

 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !