Faits Divers

Matricide : deuxième jour de recherche infructueuse à Le Souffleur 

La tâche des garde-côtes n’a pas été facile, en raison des forts courants. En médaillon Mohammad Shakeel Rummun.

Malgré les moyens mis en place par la garde nationale côtière et d’autres unités de recherche de la police, le dimanche 20 octobre, le cadavre de Bibi Nazmah Rummun, 64 ans, n’a pas été trouvé. 

Pour la deuxième fois, la tâche des garde-côtes n’a pas été facile, en raison des forts courants. Ils ont effectué une patrouille dans la zone où la valise contenant le corps a été jetée à la mer. Mais ils n’ont rien trouvé. Le fils de la victime, Mohammad Shakeel Rummun, 32 ans, a expliqué avoir mis le corps de sa mère dans une valise, après l’avoir tuée dans leur maison à L’Avenir, Saint-Pierre, pour ensuite se débarasser de la valise en mer à Le Souffleur. 

Grâce au procédé « blue star », la police criminelle de Moka et les éléments de la Scene of Crime Officers se sont rendus au domicile de la victime à Saint-Pierre pour prélever des traces de sang. Cependant, les limiers soupçonnent le couple d’avoir nettoyé la maison juste après ce drame, afin d’effacer toutes les traces. 

L’exercice qui s’est avéré inutile pour le couple. Après avoir signalé la disparition de la victime, le fils de celle-ci a été vu par les limiers de la Central Investigation Division de Moka qui ont visionné les caméras de Safe City. Le fils a quitté la localité et a circulé dans la région du Sud à une heure tardive, jeudi soir. Confronté à ces éléments, le fils a avoué son crime abominable.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !