Economie

Matériaux de construction : la vente boostée par les chantiers dans l’île

Matériaux de construction La demande pour les matériaux a dépassé l’offre.

Les fournisseurs de matériaux de construction affichent le sourire. Pour cause, leurs ventes ont augmenté de plus de 10 % cette année en raison des travaux publics et autres chantiers en cours à travers le pays. Ces opérateurs ont même dû prendre certaines dispositions pour satisfaire la forte demande en matériaux.

Après plusieurs années de ralentissement,  l’industrie du bâtiment est en pleine relance. Un rebond qui entraîne dans son sillage le marché des matériaux de construction pour le plus grand plaisir des fournisseurs. En effet, qui dit travaux, dit matériaux.  « Nous enregistrons une progression sur tous nos segments (construction individuelle, travaux publics, etc). Cette progression est plus nette pour les travaux publics avec une hausse de plus de 10 % au niveau de nos ventes », indique Frédéric Polenne, General Manager de Gamma Materials.

Chez Joonas & Co Ltd, c’est la même tendance qui prévaut. « Les ventes au niveau des barres de fer et autres matériaux de base ont augmenté de 15 % par rapport à l’an dernier. C’est dû à des travaux d’infrastructures que le gouvernement a lancés depuis l’an dernier et de certains projets du privé (rénovation des hôtels, des projets de villas et des bureaux, etc) », révèle Sarwar Joonas, directeur général de Joonas & Co Ltd. Abe Industrial Products n’est pas en reste. «  Nous enregistrons une hausse au niveau de nos ventes. C’est dû au fait que les projets de développement ont pu être lancés et que cela a aidé aussi au développement des chantiers privés. D’autre part, du côté des individuels, il y a indéniablement une progression qui peut être constatée. Il est bon d’admettre que cette relance offre une bouffée d’air frais aux fournisseurs », ajoute Amaury d’Unienville, Sales Manager d’Abe Industrial Products.

D’ailleurs, la demande a aujourd’hui dépassé l’offre, poussant ainsi  les fournisseurs à redoubler d’efforts pour satisfaire la clientèle. « Nous avons commencé à ressentir un manque de matériaux de construction de manière ponctuelle. Car il y a plusieurs chantiers qui ont démarré en même temps. Nous avons dû augmenter nos commandes. La situation devrait être réglée dans les semaines qui viennent », avance Sarwar Joonas. Chez Gamma Materials, on fait également ressortir que le marché est «très tendu » en termes de disponibilité de matériaux. « Il y a eu un démarrage rapide et soudain de plusieurs projets. Du coup, depuis le début de l’année, nous faisons de gros efforts pour répondre à la demande », explique Frédéric Polenne.

Comment évoluera la demande d’ici les prochains mois ? « Le rythme devrait être maintenu jusqu’à l’an prochain, vu l’ampleur et la durée des projets », fait ressortir Frédéric Polenne. Avis que partage également Sarwar Joonas : « la demande devrait augmenter davantage en raison des chantiers qui sont en cours et qui vont débuter ». « La demande devrait évoluer positivement. Les chantiers sont lancés et ce momentum devrait même se prolonger jusqu’à l’année prochaine », conclut Amaury d’Unienville.


Baisse de 5 % des barres de fer

Le prix des barres de fer a baissé il y a environ un mois en raison de l’abolition des droits de douane, mesure qui avait été annoncée dans le dernier Budget. « La baisse est de  5 %. Ce qui devrait soulager quelque peu le budget de ceux qui construisent, surtout les particuliers», avance Sarwar Joonas. Les prix resteront stables. « Il n’y aura pas d’augmentation de prix », souligne-t-il. À savoir que la barre de 8 millimètres se vend aujourd’hui à Rs 113 contre Rs 118 auparavant.


Les quincaillers affectés

Contrairement aux fournisseurs de matériaux de construction, les quincaillers affichent grise mine. «Nos ventes ont diminué de 20 % », avance Hemraz Ramphul, directeur de la Quincaillerie H. Ramphul. « Au niveau des particuliers, la demande a diminué de 50 %. D’année en année, la vente continue à baisser », ajoute Goolam Hossen de la Quincaillerie Fatey. Pour Hemraz Ramphul, plusieurs facteurs sont en cause : la cherté des matériaux de construction, la forte compétition dans le secteur ou encore le fait que les importateurs/fournisseurs vendent leurs produits au détail avec les particuliers et les entrepreneurs.