Actualités

Maryvonne Fee Lan Ip Chan In : ‘Hat-trick’ pour Roche-Bois

Maryvonne Fee Lan Ip Chan In (2e à partir de la gauche), entourée de son frère, sa mère et son père.

Depuis qu’elle a été proclamée lauréate le vendredi 7 février, Maryvonne fait la fierté des habitants de Roche-Bois. C’est la troisième année consécutive qu’un enfant de la localité brille au niveau national. En se basant sur la performance de ces élèves, de nombreux habitants de la localité ainsi que les proches de Maryvonne, souhaitent changer les mentalités. Ils se sont livrés à Le Dimanche/L’Hebdo. 

Élève du Collège Dr Maurice Curé, Maryvonne, fille de boutiquier, apporte un sourire aux lèvres des habitants de Roche-Bois. Sa réussite projette une autre image de cette région. La jeune fille, la première lauréate de sa famille, souhaite entamer des études au Canada en science spatiale ou en astronomie. Un parcours atypique, considérant que Maryvonne a étudié dans des conditions peu favorables, et c’est ce qui éveille l’espoir de nombreux parents de Roche-Bois. Ces derniers sont habités par le désir de faire avancer eux aussi les choses pour leurs enfants.

Yvonne, la mère de Maryvonne, confie que l’accompagnement a été primordial et que cela a aidé la jeune fille durant son parcours académique. « C’était très difficile. Je souhaite que les choses changent pour que les enfants puissent espérer un avenir meilleur. Nous avons des enfants talentueux à Roche-Bois, mais il n’y a personne pour leur tendre la main. Le gouvernement devrait changer la donne. Pour notre part, en tant que parents, nous avons fait de notre mieux pour soutenir notre fille. Nous avons également fait des sacrifices pour avoir un transport afin d’éviter qu’elle se fatigue durant les longs trajets quand elle se rendait aux leçons particulières. »

Ursula Armand habite à côté de la famille Ip Chan In depuis une trentaine d’années. Proche de la famille, elle connaît Maryvonne depuis sa naissance. « Je connais la Famille Ip Chan In depuis que la mère de Maryvonne s’est mariée pour venir habiter près de chez moi. À cette époque, le couple vivait dans une pièce. J’ai vu naître les trois enfants de cette famille qui est très modeste. Malgré les conditions difficiles, ils ont toujours eu une confiance aveugle en leur fille. Ils ne l’ont jamais laissée penser qu’elle ne pourra pas avancer dans la vie étant un ‘Zenfan  Roche-Bois’, une région associée aux fléaux de la drogue », fait-elle ressortir. 

Elle raconte que Maryvonne a toujours été une fille appliquée et studieuse. « Quand elle avait obtenu ses résultats de la CPE, j’ai été étonnée, mais c’est alors que je me suis rendu compte qu’elle était une fille brillante et qu’elle allait faire la fierté de ses parents. Je ne me suis pas trompée.  Aujourd’hui, elle fait non seulement la fierté de son entourage, mais également de son quartier. Elle a persévéré et, en ce faisant, elle a démontré que Roche-Bois a de bons éléments. Il faut en terminer avec cette discrimination. »

Ayant travaillé comme officier de liaison pour les écoles ZEP durant 11 ans, Ursula Armand a rencontré des élèves brillants à l’école de Roche-Bois. Elle souhaite que les Mauriciens respectent le potentiel des enfants de la localité et d’arrêter de les sous-estimer sur le plan éducatif. « Il y a un grand nombre d’enfants de la région qui brillent en tant que footballeur et musicien, entre autres. Je suis moi-même un enfant de la région et aujourd’hui, je suis d’autant plus fière quand nos enfants nous font honneur », dit-elle. 

Joanne Noé, travailleuse sociale à Roche-Bois, quant à elle, est d’avis que les enfants de Roche-Bois, comme Maryvonne, serviront d’exemple aux autres. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !