People

Mark Christiansen Appadoo: le charme d’un Dano-mauricien au Denmark’s Next Top Model

Il est l’un des six finalistes de l’émission Denmark’s Next Top Model. Mark Appadoo, 22 ans, est né d’un père mauricien et d’une mère danoise. Le jeune homme s’est d’ailleurs déjà distingué, le 14 octobre dernier, en décrochant le prix de la Meilleure Performance.
Il ne reste plus que trois épisodes pour connaître le grand gagnant de l’émission ‘Denmark’s Next Top Model’. Sera-t-il Mark Christiansen Appadoo ? Le jeune homme ne peut piper mot à ce stade. Il est tenu au secret de confidentialité par la production. Depuis le 2 septembre dernier, l’émission est diffusée chaque mercredi au Danemark. Le 14 octobre dernier, Mark a séduit le jury pour sa performance dans un clip. « Nous avions à relever trois défis. Le premier consistait à rester immobile devant les gestes d’un musicien. Puis, nous devions faire un ‘catwalk’ tout en posant à des intervalles. Finalement, nous devions improviser des poses sur le rythme de la musique jouée par Kesi, un musicien très réputé au Danemark », explique-t-il.
[blockquote]« À l’aube de mes 18 ans, les gens de mon entourage me disaient que j’avais toutes les qualités pour faire du mannequinat.»[/blockquote]
Mark décroche ainsi le titre de la Meilleure Performance et se qualifie pour la prochaine étape. L’épisode sera diffusé ce mercredi 21 octobre. Le gagnant du Denmark’s Next Top Model obtiendra un contrat de mannequinat avec la meilleure agence au Danemark et sera l’ambassadeur d’une marque de crème. « Mon objectif est de voir ma photo affichée sur de grands panneaux publicitaires à travers le pays. Je souhaite me faire connaître », nous confie le jeune mannequin. Mark Christiansen Appadoo est né au Danemark, fruit de l’amour d’un Mauricien et d’une Danoise, il y a 22 ans de cela. Il se souvient être retourné à Maurice à l’âge de 4 ans. « Mon père a eu une opportunité d’emploi sur l’île et toute la famille a bougé avec lui. Nous y avons vécu pendant dix ans. Puis, nous sommes rentrés au Danemark, toujours lorsque mon père a reçu une autre offre d’emploi », explique-t-il.

Se muscler pour s’adapter

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"2847","attributes":{"class":"media-image alignleft wp-image-3888","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"400","height":"737","alt":"Mark Christiansen Appadoo"}}]]De retour dans son pays natal, l’adolescent a des difficultés à se faire accepter. De faible corpulence, il peine à tisser des liens d’amitié avec les autres jeunes de son âge. « Les Danois sont tous d’un grand gabarit. Leur regard m’intimidait », avoue Mark Appadoo. Notre jeune compatriote décide alors de s’inscrire dans une salle de sport et s’y rend régulièrement pour développer ses muscles. « À l’aube de mes 18 ans, les gens de mon entourage ne cessaient de me complimenter sur mon physique. Ils me disaient que j’avais toutes les qualités pour faire du mannequinat. Ces encouragements ont donné une nouvelle direction à mes rêves », indique notre interlocuteur. Il préfère toutefois terminer ses études secondaires, avant d’approcher les agences de mannequinat. Trois ans plus tard, il décroche une opportunité et exercera pendant sept mois comme mannequin. « Puis, j’ai réalisé qu’il me fallait un emploi à plein-temps pour subvenir à mes besoins. J’ai donc résilié mon contrat avec mon agence de mannequinat. Heureusement que mes parents m’ont toujours soutenu à chaque étape de ma vie », reconnaît le ‘Sales Manager’ pour un fabricant de meubles. En avril dernier, il prend connaissance de l’ouverture des inscriptions pour Denmark’s Next Top Model. « C’est une émission très appréciée des Danois, qui est vue par environ 1 500 000 de spectateurs », indique notre compatriote. Quelques jours après, le comité organisateur l’informe à travers un courriel que sa candidature est retenue. Malheureusement, le jour de l’audition coïncide avec un voyage d’affaires qu’il devait effectuer.

Coupé du monde

La chance étant de son côté, l’un des trois membres du jury accepte de le recevoir à une date ultérieure. Mark Appadoo n’a pas fort à faire pour épater le jury. Il doit également consulter un psychologue. « J’ai été retenu parmi les 18 finalistes, neuf filles et neuf garçons. Mon patron m’a alors accordé un mois de congé pour que je sois disponible pour le tournage de l’émission », poursuit-il. Le tournage démarre le 7 mai pour prendre fin en juin. Les participants n’ont pas accès à leur téléphone portable, ordinateur et encore moins aux réseaux sociaux. « Nous étions coupés du monde. C’était certes dur, mais je m’étais fixé un objectif. Celui de rester le plus longtemps possible dans l’émission », dit-il. Il en garde d’ailleurs de très bons souvenirs de l’émission. « Il y a eu des jours difficiles. Par exemple, nous avions à tourner une scène où chaque candidat devait tenir deux chiens et marcher derrière eux tout en posant », relate-t-il. Le premier épisode a été diffusé le 2 septembre au Danemark. À l’issu de chacun d’eux, un ou plusieurs candidats étaient éliminés. À ce jour, seulement six finalistes, dont Mark Appadoo, sont en lice. En attendant la fin de l’émission, le mannequin anime une page Facebook – Rémi Fitness – avec son frère aîné Dan. « Je rêve de revenir à Maurice pour une séance de photos. J’attends impatiemment une proposition », espère Mark Appadoo.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !