Défi Zen

Marie Angélique Eugenie : la tête pensante derrière Black Roots

Marie Angélique Eugenie « J'aimais les tenues rasta, (...) dans un style moderne et original. »

Le wax africain prend une nouvelle forme entre ses doigts. Marie Angélique Eugenie est la tête pensante derrière Black Roots. Un concept novateur de vêtements, d’accessoires et de maillots de bain réversibles  en tissu wax. La créatrice de 29 ans revient sur son parcours.

Son parcours a été semé d'embûches. Et pourtant c’est la tête haute que Marie Angélique Eugenie s'est frayé sa route vers le succès. De nombreux sacrifices, mais surtout beaucoup de persévérance Cette jeune femme, entrepreneure de 29 ans et mère célibataire d'un fils de 12 ans, s'est retrouvée dans la peau d'une grande à l'âge de 16 ans. Elle arrête ses études parce qu'elle était enceinte, elle terminera malgré tout sa Form 5 deux années plus tard. « La situation financière ne me permettait pas de poursuivre mes études, car j'étais l'ainée d'une famille de cinq enfants et mon père était le seul à travailler. » Marie Angélique travaillera pendant sept ans dans un Kids Club dans un hôtel. « Je me donnais corps et âme dans un métier dans lequel je n'allais jamais évoluer ». Consciente de cette dure réalité, la jeune femme avait envie de voler de ses propres ailes.

C'est durant cette même époque que Marie Angélique développera un amour pour l'univers de la mode, mais surtout pour le style rasta. « J'aimais les tenues rasta, mais je n'en trouvais pas beaucoup dans un style moderne et original.  » La créatrice découvre qu'elle a un talent pour le stylisme, mais aussi pour tout ce qui touche l'artisanat. « J'ai toujours eu un penchant pour le fait main. »

J'ai voulu me démarquer des autres, je voulais sortir du lot et oser»

Pendant un passage chez sa tante en France, Marie Angélique met les bouchées doubles pour trouver sa voie. « Je passais mon temps dans le 18e arrondissement, considéré comme l'Afrique à Paris. Là, j’ai découvert des produits pour cheveux naturels de la marque Catu. Je connaissais ce produit qu’à travers YouTube. »  Black Roots verra le jour quelque temps après lorsqu'Angélique décide d'importer ces produits  à Maurice. Elle arrive à fidéliser des clients, mais la vie en décidera autrement. « J'ai dû laisser tomber face à la compétition lorsqu'une entreprise a importé les mêmes produits et les a vendus à moindre coût. J'étais anéantie. J'ai vu mon monde s'écrouler, car tout était à refaire. »

La culture africaine des temps modernes

Malgré tous ces inconvénients, Marie Angélique ne baisse pas les bras. Encouragée par ses proches et clientes, elle se lance dans ce qui a toujours été sa passion : la mode ou plus précisément la mode africaine. « J'ai fini par trouver le bon filon grâce au tissu wax africain », confie-t-elle. Avec l'aide d'une couturière, elle donne vie à ses dessins et lance sa première collection en collaboration avec Gabriel Froid, autour du concept de la culture africaine dans les temps modernes. Toutefois, Angélique ne se limite pas à de simples tenues africaines : elle pousse encore plus loin sa réflexion et sa notion de la mode. « J'ai voulu me démarquer des autres, trouver la petite chose qui ferait que les gens reconnaitraient mon travail dès le premier regard. Je voulais sortir du lot et oser », raconte-t-elle. À travers Black Roots, elle crée alors le concept de vêtements et d’accessoires africains réversibles. « Qui ne rêverait pas d'une tenue ou d'un accessoire ‘two in one’ » ?

« Ce n'est pas tous les jours évident d'être entrepreneure. » Entre l'importation de ses tissus, ses longues journées à chercher des fournitures, la jeune mère est au four et au moulin. « Je fais du sur mesure et je me suis aussi lancée dans la confection de maillots de bain et de bikinis ». Elle donne vie à des vêtements, colliers, boucles d'oreilles et pochettes réversibles dans son petit atelier de sa maison située à Chemin-Grenier.

Marie Angélique prend sa revanche sur la vie. Après avoir lancé sa première collection il y a quatre mois, elle souhaite, d'ici l'année prochaine, pouvoir mettre en place son site web dans le but de toucher un marché international dans un proche avenir. « Je vais également placer mes produits dans des magasins à travers l'île afin d'accroître ma visibilité ».