Live News

Manisha Babbea Dwarka : l’âme de la danse narrative

Elle sera de retour sur scène dans « O Re Piya 2 ».

Elle sera de retour sur scène dans une nouvelle représentation de « O Re Piya 2 » à la veille de la Saint-Valentin. Manisha Babbea Dwarka, 31 ans, est heureuse de partager son amour pour la danse et le jeu de scène avec le public, le samedi 13 février, à 19 heures, au Caudan Arts Centre, à Port-Louis.

« La danse est le langage caché de l’âme. » Cette citation de la danseuse américaine, Martha Graham est d’une grande inspiration pour Manisha Babbea Dwarka, 31 ans. Danseuse de Kathak et chorégraphe, elle a participé aux compétitions nationales et aux évènements internationaux. Pressentie pour apporter son soutien à l’élaboration au spectacle « O Re Piya » en 2019, Manisha Babbea Dwarka a été attribuée le rôle principal, dans la peau de Deepshikha, sans s’y attendre. 

En effet, une nouvelle représentation de « O Re Piya 2 » est prévue pour le samedi 13 février, à 19 heures, au Caudan Arts Centre à Port-Louis. À nouveau dans la peau de Deepshikha, Manisha Babbea Dwarka tentera coûte que coûte de sauver l’amour de sa vie. La narration se fera à travers la danse. Le spectacle est écrit et mis en scène par Ashish Beesoondial.

Fonction familiale

manisha
Elle est aussi chanteuse. 

D’ailleurs, l’âme de Manisha Babbea Dwarka réside dans la danse. Petite, elle bougeait naturellement au rythme de la musique. Et ce, dans chaque fonction familiale. Ses parents sont les premiers à prendre connaissance de son talent inné. Elle a 9 ans quand son papa l’enregistre à la « Childrens’ Course Class in Performing Arts Kathak » au Mahatma Gandhi Institute (MGI), à Moka. « Depuis, je n’ai pas regardé en arrière », rappelle cette habitante de Vacoas. 

À l’école et au collège, elle participe à divers évènements comme le « Music Day » et la cérémonie de remise de prix. Elle est d’ailleurs encouragée par le personnel enseignant. « J’ai graduellement avancé dans cette forme artistique sans pour autant savoir que je développais une passion pour la danse », précise-t-elle. 

En 2008, Manisha Babbea Dwarka est employée comme « Performing Artist » dans la filière de la danse au MGI. Comme une chose mène toujours à une autre, le MGI lui offre l’opportunité de participer aux différents ateliers présentés par les professionnels venus de l’Inde. C’est ainsi qu’elle apprend davantage sur le Kathak et les différentes danses folkloriques de l’Inde, notamment « Rajasthani », « Raibanshi » et « Jhingia ». 

Grâce à la Mauritius Marathi Mandali Federation (MMMF), elle assiste à des ateliers sur la danse folklorique (marathi). Elle livre des prestations et élabore les chorégraphies pour les évènements culturels organisés par la MMMF, le Mauritius Marathi Cultural Centre Trust et la Marathi Speaking Union. Ce qui la fait développer davantage ses compétences. 

Participation aux compétitions

Manisha Babbea Dwarka et le groupe l’Espérance Marathi Ganoba Mandir se présentent également aux compétitions de « Jhakri », organisées dans le cadre de Ganesh Chaturthi, et remportent la compétition sur trois années consécutives au niveau régional. 

En 2013, elle est membre du Shivaji Bhosle Youth Club. Le groupe se présente à « The Power Dance Competition », concours de la station de télévision nationale. En 2014, l’Espérance Marathi Ganoba Mandir participe à la « Koli Dance Competition » de la MMMF. Le groupe remporte le premier prix. En 2015, le même groupe termine en deuxième position à la « Shetkari Dance Competition ». 

D’une voix émue, elle confie qu’elle a aussi fait partie de la troupe nationale pour représenter Maurice aux évènements internationaux : Inde (2013) et Turquie (2014). 

En 2014, elle épouse un producteur d’évènement qui est aussi ingénieur de son. « Mon époux et mes beaux-parents me soutiennent dans mon cheminement depuis le premier jour. Si bien qu’en 2021, j’entame ma dernière année en ‘BA (Hons) in Performing Arts Kathak’ », renchérit-elle. Manisha Babbea Dwarka tient à remercier ses parents, sa sœur et ses chargés de cours qui ont cru en elle.

Une aventure nommée « O Re Piya »

En 2019, Caudan Arts Centre, producteur de « O Re Piya », l’approche pour apporter son soutien à l’élaboration du spectacle. « Le spectacle réunit des danseurs et chorégraphes de plusieurs styles. Cette diversité a été un partage bénéfique. À un moment, on m’a attribué le rôle de Deepshikha, soit le rôle principal. Ainsi, a commencé une aventure riche en émotions, fous rires et moments de tensions, car il fallait aussi respecter certaines exigences techniques », se souvient Manisha Babbea Dwarka. 

En février 2020, le spectacle retourne sur scène. En novembre 2021, le deuxième volet de « O Re Piya » est présenté. En 2011, elle est la grande gagnante de la « Star 2011- Marathi Song Competition ». 

D’ailleurs, outre la danse, notre interlocutrice est aussi douée pour le chant. Elle vient d’une famille portée vers les arts. Son papa chante souvent des « bhajans ». Manisha Babbea Dwarka interprète les chansons en marathi, hindoustani et kreol. Elle est également passionnée par l’art dramatique. Elle a participé au National Drama Festival en langue anglaise et marathi. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !