Politique

Manifestation du Ptr à Moka : Ramgoolam évoque la «privatisation» de la MBC

Navin Ramgoolam Navin Ramgoolam, entouré d’Arvin Boolell et de Patrick Assirvaden lors de la manifestation à Moka.

Le Parti Travailliste (PTr) a organisé une manifestation samedi matin devant les locaux de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) afin de dénoncer la couverture médiatique de  l’institution. Une lettre de contestation a été remise par l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, au chairman de la MBC, Beejaye Ramdenee.

« La MBC est une institution publique. La population débourse Rs 150 mensuellement pour la licence ! L’institution ne peut pas être utilisée comme l’outil de propagande du MSM », a martelé l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, dans sa déclaration à la presse. Il a ensuite fait ressortir que le parti envisage « des actions légales ».

« Les gens peuvent dire qu’il y eu un abus durant les neuf ans que le PTr était au pouvoir. Je ne dirai pas le contraire, mais la MBC n’a jamais atteint un tel niveau. Certaines informations sont diffamatoires et c’est inacceptable. Il faut sérieusement revoir la gestion de la MBC à travers une éventuelle privatisation », a ajouté Navin Ramgoolam.

beejaye
Beejaye Ramdenee,
le chairman de la MBC.

Pour rappel, la manifestation du samedi 16 mars était quelque peu agitée. Des activistes du PTr, munis de pancartes voulaient faire irruption dans les locaux de la station nationale. La police a dû intervenir en fermant l’entrée principale de la MBC. Quelques minutes après, Navin Ramgoolam, Arvin Boolell, Patrick Assirvaden, Dhiraj Kamajeet et Anil Bachoo ont été admis dans l’enceinte de la station nationale de radio-télévision.

Dans une déclaration à Le Dimanche/L’Hebdo, le chairman Beejaye Ramdenee, a fait ressortir que le traitement de l’information à la MBC sera revu « afin de diffuser une information digne d’une île Maurice de 2019 ». « Je vais présenter la correspondance que m’a remise le leader du PTr au conseil d’administration et les décisions qui s’imposent seront prises. Nous travaillons déjà sur les moyens pour améliorer le contenu de nos journaux télévisés », a-t-il dit. 

Commentant certains propos du leader du PTr, il a fait la déclaration suivante : « Cela me fait rire car il reproche probablement ses propres méthodes. Veuillez remonter aux journaux télévisés datant d’avant décembre 2014, soit pendant que Navin Ramgoolam était au pouvoir, et vous verrez », a-t-il fait ressortir.