Actualités

Manifestation du 12 septembre à Mahébourg

La manifestation du 12 septembre à Mahébourg organisée par Konversasion Solider a réuni 50,000 personnes selon Ashok Subron et entre 20-30,000 personnes, selon la police. La foule a scandé de nombreux slogans pour exprimer son mécontentement. Contrairement à la manifestation de Port-Louis où il n’y avait manifestement pas de revendications précises (à part peut-être celle de la démission du Chef de gouvernment). Rezitans ek Alternativ et Konversassion Solider avaient des demandes concrètes. 

Lindley Couronne,Directeur General de DISMOI : 

lindleyIl est utile de préciser que Dis-Moi n’a pas participé à la marche en tant qu’organisation des droits de l’homme.Et cela pour des raisons précises. Nous sommes une organisation des droits de l’homme indépendante de tous les partis politiques et en tant que telle avons un devoir de réserve. Certains membres y ont participé personnellement, pas au nom de Dis-Moi.

Je note qu’il y a une forte mobilisation citoyenne et politique depuis l’Affaire Wakashio, à Port Louis en deux occasions et maintenant à Mahébourg. L’État  devrait être dans une logique de reconnaissance d’un malaise social et rencontrer les leaders du mouvement pour trouver un terrain d’entente.Dis-Moi demande au gouvernement de descendre sur le terrain et rencontrer les citoyens en vue de considérer leurs demandes et  d’apaiser la situation.

Dis-Moi note avec satisfaction que toutes ces manifestations publiques se sont deroulées dans un calme exemplaire. 

Résolutions de l’Assemblée Solidaire de Mahébourg -  Sud d’Est

1. L’assemblée est d’accord pour dire qu’il y a eu une négligence criminelle et mise en danger de la sécurité intérieure de la République de Maurice par les autorités dans la gestion de la crise du Wakashio.

2. L’assemblée réclame du gouvernement l’introduction immédiate (avant la fin du mois), d’un Survival Scheme pour toutes les personnes affectées par le crime écologique Wakashio. Cela inclut :

• Le paiement d’une allocation mensuelle de plus de Rs 15 000 par mois (dépendant du nombre d’adulte travaillant par famille).

• Plus, un moratoire sur les emprunts pour toutes les personnes dont leur vie économique est liée avec le lagon, principalement de la côte Sud-Est.

• Plus, l’exemption du paiement de tous les frais d’utilités publiques – CEB, CWA, téléphone et internet pour toutes les personnes dont leur vie économique est liée avec le lagon et la cote Sud-Est.

• De mettre en place un comptoir spécial dans chaque hôpital et dispensaire de la région, ainsi qu’au Mahébourg Waterfront de service de tests gratuits de santé aussi bien qu’une cellule de soutien psychologique pour les personnes affectées par l’écocide du Wakashio.

• Que le gouvernement rends publique des bulletins réguliers sur la toxicité du lagon, sur la possibilité de pêche et d’autres activités dans les zones affectées.

• Que le gouvernement rends publique des bulletins sur la pollution de l’air et qu’il prenne des actions nécessaires pour protéger la santé des citoyens dans cette région.

• Que le gouvernement mets en place un comptoir spécial « One Stop Shop » à Mahébourg Waterfront pour faciliter toutes les démarches administratives des personnes qui sont affectées par l’écocide Wakashio.

• Que le gouvernement et les autorités locales développe des airs de jeux et des espaces récréatifs pour tous les enfants de la cote Sud-Est dont leur terrain de jeux et de loisirs sont détruit par les dégâts causés par le Wakashio.

3. L’assemblée réclame que L’État mette les ressources nécessaires pour encourager la participation des gens de la mer dans des alternatifs économiques, qui génère des emplois pour les personnes affectées par l’écocide Wakashio.

• L’implication dans l’action de nettoyage et la restauration de notre patrimoine naturel.

• La structuration de l’équipe de  mobilisation (Waterfront People’s factory), sous forme de coopérative pour protéger le tourisme alternatif, la pêche hors lagon, l’agroécologie, l’agri-solaire, la restauration et protection écologique ou d’autres projets écologiquement soutenables.

• Une ré-orientation des fonds «Mahebourg regeneration» du gouvernement, vers la gestion de l’écocide Wakashio et vers les projets alternatifs économique cité plus haut.

• Que l’État, à travers MITD et le programme SME,donne un soutien actif à tous les habitants des zones affectées. Qu’il retire tous les frais d’enregistrement pour ces programmes, jusqu’à de que la vie « normale » reprenne.

4. L’assemblée a mandaté Rezistans ek Alternativ et CARES pour lancer une action juridique internationale et locale.

• pour le dédommagement de toutes les personnes impactées par l’écocide Wakashio.

• dans le sillage, de lancer une vaste opération d’enregistrement à Mahébourg Waterfront et d’autres endroits, pour cette action juridique et de mobilisation sociale

5. L’assemblée réclame une reconnaissance nationale pour tous les frontliners qui ont participé dans l’opération Wakashio, pour le service rendu envers l’écologie et la protection du patrimoine naturel Océanique du pays. Cela inclus :

• La mise en place d’une stèle (en cuivre ou en fonte) illustrant les citoyens de Maurice unis dans la fabrication des bouées.

• Le paiement d’une allocation, équivalente à une moyenne de dépense mensuelle d’une famille mauricienne, c’est à dire Rs 30000.

6. L’assemblée demande que le Droit de la nature soit inclus dans la Constitution de Maurice pour permettre aux citoyens de défendre leur patrimoine naturel.

7. L’assemblée demande des nouveaux espaces pour les citoyens et la voix du peuple pour protéger et défendre notre pays, la vie et le patrimoine naturel. Cela inclut :

(a)    Une reforme immédiate du National Crisis Committee sur la gestion du Wakashio :

• pour faire entendre la voix des citoyens et celle des gens de la mer aussi bien que les habitants de Mahébourg, de la côte Sud et toutes les autres organisations, aussi bien les organisations de la société civile, écologistes ou syndicales. Ce n’est pas possible que le National Crisis Committee soit composé que de l’État et du secteur privé.
• que tous les comptes rendus et documents liés à la crise du Wakashio soient rendus publics grâce à un site web.

(b)    Que l’État mets en place immédiatement un National Maritime Transport and Marine Open Commission ;

ou les organisations et les citoyens peuvent participer et débattre, pour revoir entre autre, le système, le cadre légal et institutionnel de la protection de la zone maritime mauricienne, du transport maritime, de la protection de écosystème marin et pour assurer la sécurité intérieur des citoyens de Maurice.

8. Nous opposons tous projets de Petroleum Hub, que ce soit à Mahébourg Sud-Est ou ailleurs à Maurice.

Adopte le Lundi 17 août, 14h. Mis à jour le 3 septembre.

L’assemblée Solidaire Mahébourg – Sud Est

- Komite Plezansie Sid-Est

- Rezistans ek Alternativ

- Center for Alternative Research and Studies (CARES)

- Ecosud

- Mahebourg Otantik

- Regroupement 

des skippers, pécheurs, beach hawkers, restaurateurs, petits commerces, femmes des     pécheurs, petits planteurs, taxi-transporter et les citoyens dont la vie est liée avec la mer ; plusieurs habitants de Mahébourg et de la cote Sud-Est.

Ashok Subron, animater Rezistans ek Alternativ ek Konversasion Solider

ashokLi konfirme aster ki nu pe asiste enn miz-an-mouvman istorik ek de grand anvergir lepep Moris. Partisipasion masif lepep dan Mahebourg Samdi 12 konfirme ki sa mouvman la se pa enn fenomenn efermer. Kan enn pep in desid pou rant mouvman, personn pa pou kav aret li. Li kler Mahebourg ti enn gro gro sikse, konparab anterm kantite avek 29 Aout, Port Louis. Nou pe asiste enn akselerasion listwar. Seki ti kapav pran 50-an pou arive kapav arive dan 5 mwa!

Depi enn kontestasion sosial ki lie avek inpozision lalwa kovid ek fayit leta lor wakashio, lepep inn rant an mouvman pou re-apropriye politik: lepep inn ranz boue sarlon pou sov nou lagon, lepep pe reklam demision gouvernman, lepep inn koumans reklam enn sanzman sistemik pli profon ek aster lepep pe anvi enn Nouvo Moris.

Depli an pli, ena enn kri pou proze politik ek sitwayenn pou enn Nouvo Konstition ek nouvo Repiblik. Bann valer profon emerzan tel ki Morisianism, Drwa Lanatir, Drwa Ekonomik-Sosial, Demokrasi Partisipativ, Lekonomi solider, pe revinn lor azanda. Anfet nou pe asiste an enn miz an mouvman pou enn form de «Dezieme Lindepandans», enn Nouvo Moris 2.0.

Ki manier Nouvo Moris pou ete? Li pou depann lor seki sak morisien pou fer zordi ek dime, lor ki manier nou fasonn li. Me se sirtou, li pou depann lor seki lazenes ki emann depi zenerasion post indepandans 1968/post 1982, pou fer, pou forz sa Nouvo Moris.

Rezistans ek Alternativ ek so bann alie pou akonpayn lazenes, sitwayen Morisien dan sa demars pou Nouvo Moris-la.

Dis-Moi réitère sa demande que le droit à l’environnement soit dans la Constitution

Depuis la dernière décennie il existe au sein des sociétés civiles et des organisations des droits de l’homme du monde entier l’idée qu’il faudrait insérer dans la Constitution une disposition obligeant l’État à protéger l’environnement. Dis-Moi milite depuis sa création à ce que la Constitution de Maurice soit amendée à cet effet.

La protection de l’environnement constitue une valeur du bien commun qui pourrait justifier une limitation de certains droits fondamentaux, notamment du droit à la propriété. D’autre part, nous pensons que la création ou l’admission d’un risque pous la santé, et donc pour l’environnement constitue une limite du droit fondamental à la santé. Aprés le drame Wakashio cette question est plus que jamais d’actualité. 

La Commission des Droits Environnementaux de Dis-Moi présidé par Herbet Boff viendra  bientot avec une proposition concète pour tous les partis politiques par rapport à cet amendement à la Constitution.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !