Live News

Manif « symbolique » devant l’Assemblée nationale : « Le pays ne peut être dirigé simplement par l’autocratie », dit Arvin Boolell

« Le pays ne peut être dirigé simplement par ‘hearsay’, ‘colourable device’ et par l’autocratie ». C’est ce qu’a fait ressortir Arvin Boolell, ce mardi 3 août.

Le député du Parti travailliste (PTR) intervenait lors de sa manifestation « symbolique », devant l’Assemblée nationale aux alentours de 11 heures. Il en est à sa deuxième semaine de manifestation. Laquelle a pour but de dénoncer sa suspension pour les huit prochaines séances parlementaires. 

Protestation qui a vu la participation des députés rouges ainsi que des anciens parlementaires. « La présence des anciens parlementaires démontre qu’ils sont outrés par la flagrante violation des droits des élus. Face à laquelle, ils ne peuvent rester insensibles ni indifférents. Ils agissent et réagissent. À la lumière de cela, nous passerons à l’action », a déclaré Arvin Boolell. Il réaffirme qu’il compte alerter les instances internationales. 

En sus des anciens parlementaires, des syndicalistes aussi bien que des travailleurs sociaux apportent leur soutien à Arvin Boolell. 

De son côté, le député travailliste qualifie sa suspension d'« excessive, discriminatoire, inacceptable et injuste ». 

«  Nous sommes là pour que la démocratie parlementaire fleurisse. Nous n’entravons pas la bonne marche de la démocratie parlementaire. La séparation des pouvoirs est importante entre le Parlement, l’exécutif et le judiciaire. Le rempart judiciaire est là mais il ne faut pas qu’il y ait excès entre l’Exécutif et le Parlement. Le Speaker doit être ‘above board’. La tyrannie du nombre qui prévaut va à l’encontre de la bonne marche de la démocratie », avance Arvin Boolell. Pour atténuer tout cela, il faut que la démocratie fonctionne, dit-il. Et d’ajouter : « Il ne faut pas qu'il y ait des crises institutionnelles. La séparation des pouvoirs doit être non seulement palpable mais également tangible et visible ». 

 « Mo bizin fer lombr a sa gouvernman malonet »

Autre sujet abordé : le rapport Britam. « Au moment où nous cherchons à donner une nouvelle image à notre secteur financier, c’est inquiétant, toutes ces scandales. Parmi, l’affaire Britam. (…) Dans une commission d’enquête, les ‘findings’ doivent être clairs. Celle-ci doit venir avec des recommandations et des mesures, comme les autres commissions d’enquêtes », a souligné Arvin Boolell. 

Selon le député rouge, « la mise en application des recommandations est à zéro ». 

« Mwa mem si bizin la seul ek mo lombraz [Ndlr: pour protester]. Parski mo bizin fer lombr a sa gouvernman malonet la », a conclu Arvin Boolell. 

 Suspendu pour huit séances parlementaires 

Rappelons qu’Arvin Boolell en est à sa deuxième semaine de manifestation. Le député travailliste est sous le coup d’une suspension, suite à une motion présentée par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, 20 juillet dernier. Motion qui a été adoptée. 

Le Speaker de l’Assemblée nationale avait, avant la suspension de la séance, « named » Arvin Boolell. 

Le comportement du député rouge n’avait pas plu au Speaker. En effet, Sooroojdev Phokeer s’adressait au leader de l’opposition quand Arvin Boolell est intervenu. 

Le Speaker lui a indiqué, à plusieurs reprises, qu’il n’avait pas la parole (« you don’t have the floor »), mais Arvin Boolell n’a pas arrêté son intervention. C’est alors qu’il a été « named » (rappelé à l'ordre). Montrant un certain agacement, Arvin Boolell a alors traité le Speaker de « batiara ».  Suite à quoi la séance a été suspendue. 

À la suite de sa suspension, le député rouge avait alors déclaré qu’il serait présent d’une façon « symbolique » chaque mardi de 15 à 20 minutes pour dénoncer la sanction qui lui a été infligée.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !