Magazine

‘A man who believed in himself’ : SAJ au cœur d’un long-métrage au coût de Rs 20 à Rs 25 millions

Connu comme le père du miracle économique en 1982, sir Anerood Jugnauth (SAJ) a marqué l’histoire du pays. Un long-métrage local lui sera consacré pour mettre en lumière son enfance et son parcours. Intitulé « A man who believed in himself », le film  sera réalisé par Sada Rajiah et produit par Sunshine Pictures Ltd. Le tournage a démarré le 21 janvier dernier.

Les toits en paille ruissellent de pluie. Deux huttes, aménagées sur un lopin de terre à Plaine-des-Roches, servent de plateau de tournage. Le «mohurat » (moment de bon augure en hindi), soit le coup d’envoi du tournage de « A man who believed in himself » est donné dans l’après-midi du mardi 21 février. Sada Rajiah, le réalisateur, lance « Action ! » Ce long-métrage est axé sur l’enfance et le parcours de SAJ, ancien Premier ministre, ancien président de la République de Maurice et ancien leader du Mouvement socialiste militant (MSM). 

Sada Rajiah indique : « Cela fait un peu plus de d’un an et demi que j’ai annoncé ce projet. Le tournage et le montage devraient durer trois mois et le film sortira à la fin de mars. » Il dit avoir toujours suivi le parcours des personnalités politiques tels que Nelson Mandela et Mahatma Gandhi et quand il s’est penché sur l’histoire de Maurice, la contribution de SAJ l’a marqué. « Dans les années 1980, nous avons associé le miracle économique à SAJ. Pour parler de celui responsable de l’avancement et du développement du pays, nous retournons à son enfance. Nous remontons donc en 1930, l’année de sa naissance. »

Quelque 200 protagonistes en tournage

Des auditions ont eu lieu pour sélectionner les protagonistes et figurants. Entre 150 et 200 artistes feront part du tournage. « Parmi les acteurs, nous avons ceux qui seront devant la caméra pour la toute première fois et d’autres qui ont déjà de l’expérience », fait comprendre le réalisateur. La durée de «A man who believed in himself » sera de 90 minutes et en kreol, sauf pour quelques dialogues en bhojpuri. 

C’est Sunshine Pictures Ltd qui produit le long-métrage et c’est son premier projet cinématographique. « Quand on m’a proposé de faire partie de l’aventure, j’ai lu le scénario et j’ai accepté et entre Rs 20 à Rs 25 millions seront investies dans ce projet, précise Raj Callychurn, Chief Executive Officer (CEO) de Sunshine Pictures Ltd. Je souhaite que les jeunes puissent s’inspirer du parcours de SAJ et apporter leur contribution au développement du pays. » D’un revers de main, il balaie certaines polémiques « Le plateau de tournage, contrairement à ce que certains pensent, est un lieu sûr et sécurisé pour l’équipe. » 

SAJ et son épouse, lady Sarojni, sont présents pour le « mohurat ». Une séance de prières précède le tournage de la première scène. SAJ confie : « Je tiens à féliciter Vikram Jootun, le directeur de la Mauritius Films Development Corporation (MFDC), et toute l’équipe de tournage qui se sont associés pour réaliser ce film. Il sera surtout axé sur mon enfance, le lieu où j’ai vu le jour, là où j’ai grandi, l’environnement dans lequel j’ai vécu et le type de maisons d’antan, entre autres. Je leur souhaite bon courage. J’espère que je vais inspirer les jeunes. Ce film me rendra fier de mon enfance, de mon parcours jusqu’ici et de la personne que je suis maintenant. » 

Prithvi Ramchurn, 13 ans, incarnera le rôle de SAJ enfant. Il réside à Dubreuil. Jeethasmi Ramanah, 26 ans, de Verdun, qui a passé trois auditions avant d’être sélectionnée, jouera le rôle de lady Sarojni. C’est son premier long-métrage. « Je suis un peu stressée à incarner lady Sarojni à l’écran mais il y a un travail à fournir et je me suis documentée sur son caractère à travers des articles de presse. » Kensley Suddoo, styliste et créateur de mode, a, lui, confectionné une cinquantaine de costumes reflétant les années 1920 à 1930.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !