Faits Divers

Maltraitance sur personne âgée : un retraité de 61 ans agressé par son fils

Ce n’est pas la première fois qu’il est brutalisé par son fils. Raymond, 61 ans, habitant de Quatre-Bornes, a été une fois de plus agressé par son fils Dharam, lundi. Ce dernier, 29 ans, n’aurait pas apprécié que son père ait allumé une spirale anti-moustique en sa présence. Arrêté pour maltraitance mardi, le jeune homme reste derrière les barreaux.

Contacté, Raymond explique qu’il vit un calvaire au quotidien. « Mon fils, un ancien toxicomane, qui fait des traitements à l’hôpital psychiatrique, me maltraite et m’agresse depuis cinq ans. Je ne peux le contrôler. Lundi soir, il s’est montré violent quand j’ai allumé la spirale anti-moustique dans le salon. Linn dir mwa mo finn kas so konsantrasyon et linn koumans tap mwa koudpwin koudpie ek linn roul mwa anba », raconte Raymond. Résultat : coups et ecchymoses sur son corps.

Après avoir porté plainte au poste de police de Sodnac, Raymond s’est rendu à l’hôpital. Après les premiers soins, il est rentré chez lui.

Selon les dires du retraité, souvent quand il dort le soir, son fils lui lance un sabre. Au fait, il veut chercher des ennuis avec son père. « À chaque fois qu’il m’agresse, il menace de me tuer et me fait part qu’il maquillerait son meurtre. Dharam dir mwa li pou bat mwa a mor dan mo saldebin e li pou dir lapolis ki monn tombe. »

Le retraité dit craindre pour sa sécurité. « J’ai peur que Dharam ne mette ses paroles en exécution. Lundi, il a endommagé mes lunettes. Je ne vois plus clairement. Depuis que Dharam m’a agressé, je n’arrive pas à manger. J’ai une douleur au niveau de la mâchoire. »

Dharam a été arrêté par la police de Sodnac mardi. Interrogé, il nie toutes les allégations faites contre lui. « Sa bizin demann mo papa mem kifer li pe fer koumsa avek mwa parski mwa mo pa kone kifer li pe azir koumsa », a-t-il expliqué aux enquêteurs.

Après son interrogatoire, Dharam a comparu devant le tribunal de Rose-Hill où une charge provisoire de illtreating elderly person a été retenue contre lui. La police ayant objecté à sa remise en liberté, il a été reconduit en cellule policière. Il a déjà été arrêté pour breach of protection order.

L’enquête policière se poursuit.