Xplik ou K

Maison détruite par un incendie - Jean-Marie : «Aidez-moi à me reconstruire un toit»

Jean-Marie Jean-Marie Mamarot sur le lieu du sinistre.

Ce cas avait été évoqué en mars dernier. Jean-Marie Mamarot, veuf et père d’un adolescent de 15 ans, expliquait ses difficultés à reconstruire sa maison qui avait été ravagée par les flammes en novembre 2017.

«Ma maison a été détruite en novembre 2017. Cette maison était le fruit d’un dur labeur et de nombreuses économies. Il ne reste que des amas de ferraille. Une somme de Rs 180 000 est partie en fumée », explique Jean-Marie Mamarot, un habitant de Tranquebar. « Je n’arrive pas à reconstruire un toit. Je suis le seul à travailler tandis que mon fils va à l’école. Mes revenus ne suffisent pas pour acheter les matériaux de construction », dit le quadragénaire. Il ajoute qu’il est seul depuis une dizaine d’années suite au décès précipité de sa femme. « Depuis, je n’ai pas refait ma vie. Je suis seul avec mon fils. J’ai préféré assurer son bien-être », confie-t-il tristement.

Jean-Marie explique qu’il aurait pu y laisser la vie le soir du drame en novembre 2017. Faute d’électricité, le père et son fils vivaient à la lueur des bougies.
« Ce soir-là, j’ai déposé une bougie dans le couloir sur un morceau de bois. Elle a dû tomber et provoquer l’incendie », se remémore-t-il. En se réveillant, ce dernier était entouré de flammes. « Je me suis précipité hors de la maison en passant par la fenêtre. Mais je ne trouvais pas mon fils », dit-il.  Pris de panique, il est entré dans la maison en feu afin de rechercher son enfant. Jean-Marie gardera les séquelles de cette décision à vie. Il a été brûlé au troisième degré et a dû être admis à l’hôpital pendant trois semaines. « J’ai des cicatrices au visage mais le plus important, c’est que mon fils soit à mes côtés », avoue-t-il.

Désormais, il veut reconstruire une maison. Faute d’argent pour acheter des feuilles de tôle, des poutres en bois et quelques meubles pour avoir une pièce à vivre, ce père de famille est dans une impasse.

À tous ceux qui souhaitent venir en aide au père et à son fils, vous pouvez les contacter sur le  5 988 8599.