Xplik ou K

Maison abandonnée : repaire de drogués et prostituées

Maison abandonnée

« On ne peut plus mettre le nez dehors », s’insurge Vishal (prénom modifié) habitant de Pointe-aux-Piments. « Depuis plus de deux ans, des trafiquants, des toxicomanes et prostituées ont trouvé refuge dans une maison en construction »,déplore ce quadragénaire. « Plusieurs résidents ont été victimes de vol et malgré nos plaintes au poste de police de Triolet, aucune mesure n’a été prise », affirme Vishal. « Nous avons même surpris des femmes pénétrant dans la maison pour y passer la nuit. Nous soupçonnons un réseau de prostitution », dit-il.

Vishal soutient qu’à plusieurs reprises, les habitants ont trouvé des seringues usagées sur place et autres déchets inquiétants. « Nous avons contacté le propriétaire des lieux. Il nous a informés que faute de financement, il ne peut terminer la construction. Même s’il a barricadé les lieux, cela n’empêche pas les malfrats de s’installer dans la maison inachevée. Nous avons, il y a peu, sollicité les pompiers, les malfrats avaient incendié un pylône électrique installé dans la cour », indique Vishal exaspéré. « Nous attendons une réaction de la police pour mettre fin à ces activités malsaines. »

« Je vérifierai auprès des diverses unités de la police et de la CID de la région quelles opérations ont été menées par les forces de l’ordre », promet l’Inspecteur Shiva Coothen du Police Press Office. « J’invite aussi le plaignant à contacter les Casernes centrales pour nous aider à prendre les mesures nécessaires pour enrayer ce problème… »

L’inspecteur précise que la Hotline 148 de la police reste opérationnelle et anonyme.