Live News

Maha Shivratree : les marcheurs individuels autorisés

Les dévots de Shiva pourront marcher vers le Grand-Bassin individuellement. C’est ce qu’a fait comprendre l’Attorney General, Maneesh Gobin. Il animait la conférence de presse du gouvernement au Sun Trust ce samedi 22 janvier 2022, aux côtés de Soodesh Callichurn, ministre du Commerce et de Vikash Nuckcheddy, Deputy chairman of Committees.

Le message du gouvernement c’est de respecter les règlements sanitaires a fait comprendre Maneesh Gobin. Il a ajouté qu’il fallait prendre l’exemple de l’organisation de la fête Cavadee qui s’est déroulée dans de bonnes conditions. L’Attorney General a souligné que le nombre de cas de la Covid-19 est stabilisé mais que ce n’est pas le moment pour certains « pyromanes » de mettre du poison dans les esprits et de défier les règles. Selon lui, les regroupements sont interdits. « Écoutez les consignes des hommes religieux, pas de regroupements de plus de 10 personnes, distanciation, masques et gels », a expliqué Maneesh Gobin.

Une personne peut marcher individuellement, mais il n’y aura pas de regroupement et pas de lieu de ravitaillement. « Certains disent qu’ils pourront aller par bus, mais il faut que les bus soient aérés et le port du masque est obligatoire. Il pleut presque tous les jours, il n'y aura pas de ventilation dans les autobus et pas de bus spéciaux », affirme Maneesh Gobin. 

D’ajouter que les familles iront dans leurs voitures mas les autobus spéciaux seront bannis.  « Nous sommes mieux qu’en 2020 et la virulence de la maladie diminue, prions que l’année prochaine ça soit mieux ». Il devait décourager la confection de ʹkanwarʹ. Selon lui, par définition, le ʹkanwarʹ est porté individuellement, pas en groupe. Rappelant qu’à l’intérieur des lieux de cultes, la limite est de 10 personnes.

Selon l’Attorney General, le gouvernement détient l’information que certaines personnes veulent défier les règlements sanitaires et faire du désordre.  « Je ne sais pas si c’est par pur plaisir et pour agenda politique, certains dirigeants politiques des ʹmonterr latetʹ encouragent ces mouvements et animent des réunions. Nous avons des informations, la police a des informations d’abord ces réunions ne respectent pas les restrictions sanitaires et s’ils veulent faire du désordre nous prendrons des actions maintenant nous savons ou cela se fait… Ils font cela dans des réunions privées ou sur les réseaux sociaux à travers des faux profils… Mais lorsqu’il y aura des malades ces gens ne seront pas là ».

Vikash Nuckcheddy a, lui, affirmé que c’est la foi qui compte. « Notre corps et nos actions peuvent devenir un temple ». Il a rappelé qu’il ne faut pas mettre la vie des proches et de la population en danger.

Pétition électorale au No 19 : le cas Adebiro ne crée aucun précédent

Maneesh Gobin a affirmé qu’il ne faut pas faire de démagogie sur un jugement de la Cour suprême. Il a fait référence aux commentaires du public sur le fait qu’il a fallu deux ans pour rendre un verdict.

« Ce n’est pas que pendant deux ans, rien n’a été fait ». Maneesh Gobin affirme qu’en quatre occasions, les juges ont écouté les arguments et les motions avant de délivrer des jugements intérimaires. L’Attorney Général affirme qu’il ne faut pas croire que la Cour a tardé. « Ce jugement a tout son poids et son autorité venant de la Cour suprême… Certains avocats affirment que ce jugement aura une valeur de précédent sur d’autres affaires… Je le dis haut et fort, c’est un jugement exceptionnel selon les juge qui ne fera pas de précédent ». 

D’ajouter que les gens ne doivent pas croire qu’ils peuvent venir avec des arguments tardifs pour les inclure dans la pétition originale. Maneesh Gobin affirme que les faits ne sont pas les mêmes dans les autres pétitions. « Ne tirez pas de conclusions hâtives ».

Le jugement demande de faire un décompte et pas de réorganiser une élection, martèle l’Attorney General.  C’est la Master and Registrar qui fera le recompte des  bulletins, affirme Maneesh Gobin. Si le décompte confirme ou ne confirme pas le résultat initial, il y aura des conclusions, confie Maneesh Gobin. Dans les deux cas, il y aura des conséquences, selon lui. 

« Nous attendons que le décompte soit fait dans les meilleures conditions, dans la sérénité mais notre souhait c’est que cela soit fait le plus tôt … À ce stade, gardons-nous de faire des commentaires », a fait comprendre l’Attorney General. Maneesh Gobin devait faire comprendre que chaque cas est jugé selon les faits. Une personne ne peut pas faire des allégations, un pétitionnaire doit assumer ses arguments.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !