Live News

Maha Shivaratri : une nuit sous le signe de la dévotion et de l’adoration

Dr Acharya Sharad Pandey Ji explique Maha Shivaratri.

Ce vendredi 21 février est consacré à la grande nuit de Shiva plus connu comme Maha Shivaratri. Les dévots déversent de l’eau sacrée, recueillie, au préalable, au Ganga Talao, à Grand-Bassin, sur le lingam (pierre représentant le dieu Shiva) dans les temples à travers l’île. Ce soir commence le « Char Pahar Ki Pooja ». « Om Namah Shivaya » sera récité lors du rituel « Abhishekam » tout au long de la nuit.

Maha Shivaratri est célébrée ce vendredi 21 février. Le Dr Acharya Sharad Pandey Ji explique que, selon le calendrier hindou, une « Shivaratri » a lieu chaque mois. Les onze « Shivaratri » cumulent ainsi vers Maha Shivaratri, soit la grande nuit de Shiva. 

« Shiva est considéré comme le créateur de l’univers et le destructeur du mal. Maha Shivaratri est observée pour quatre raisons. La première, c’est que Shiva a effectué une danse pour créer l’univers », explique-t-il. 

La deuxième raison, c’est que Shiva et son épouse Parvati se sont mariés ce jour-là et sont devenus un seul corps. 

La troisième : un lingam a surgi lors d’un différend entre les dieux Brahma et Vishnu. 

maha

Puis, il y a le barattage de l’océan. Du poison a émergé au lieu du nectar. Il a menacé de détruire l’humanité. Ainsi, Shiva a avalé ce poison pour sauver l’univers. Il l’a gardé dans sa gorge qui n’a pas tardé à devenir bleu. Il a alors pris le prénom de Neelkanth. 

« Le démon Ravan qui était un dévot de Shiva, a alors recueilli de l’eau du Gange sur un plateau en bambou. Cette eau a aidé à atténuer la souffrance de Shiva. Cela explique le pèlerinage et le kanwar vers le lac sacré », ajoute le Dr Acharya Sharad Pandey Ji. 

Un « Char Pahar Ki Pooja » a lieu entre quatre parties, de 18 heures à 6 heures. « L’eau est déversée sur le lingam, pierre représentant le dieu. Char Pahar Ki Pooja représente les quatre principes de la vie : Dharma (valeurs morales), Artha (prospérité), Kama (désirs) et Moksha (libération) », indique-t-il. L’eau sacrée est utilisée lors du rituel « Abhishekam ». 

Des ingrédients tels que le lait, le lait caillé, le beurre clarifié, le miel et le sucre sont aussi déversés sur le lingham. Il y a aussi des offrandes et des fleurs sont ajoutées. 

Pèlerinage

mahaDe nombreux Mauriciens ont effectué le pèlerinage vers le lac sacré de Grand-Bassin, durant une semaine. Certains portaient des « kanwar ». De différentes formes, tailles et couleurs, ils ont suscité l’admiration des usagers de la route. 

Kunal Jugasing, 30 ans, a convergé vers le Ganga Talao à pied, pour la 23e année consécutive. Il a observé un jeûne de quarante jours, dont vingt-cinq étaient consacrés à la fabrication du « kanwar ». Ce policier a commencé le pèlerinage à 3 heures le mardi 18 février. Il a quitté Sainte-Croix en compagnie de son cousin  Deepak Ramlugun et de son ami Akshay Nunkoo. 

« Cette année, la marche était particulière, car nous nous sommes égarés à Rose-Hill. Le trajet du métro se trouve désormais sur le parcours que les pèlerins empruntent. Il a fallu passer par une autre route pour quitter la ville », dit-il. 

Ils sont arrivés à Grand-Bassin à 17 heures. Ils ont dit leurs prières, ont recueilli l’eau sacrée et se sont reposés sur place. Ils ont pris le chemin du retour vers 7 h 30 le mercredi 19 février. À 18 heures, le trio a rencontré quatre groupes de pèlerins habitant le nord de l’île, à la hauteur de Bell Village, qui les ont accompagnés. 

« Malgré les nombreux obstacles de la vie, je n’ai jamais raté le pèlerinage vers Grand-Bassin. Cette marche symbolise la dévotion que je porte au dieu Shiva. C’est aussi un signe de sacrifice. »

Il remarque que les bénédictions de Shiva l’accompagnent à chaque étape de sa vie. Ce vendredi, il se rend au « shivala » de la localité pour offrir ses prières et l’eau sacrée au lingam. À 18 heures, il va participer au « Char Pahar Ki Pooja ». 

Neeraj Greedharee sera aussi présent lors de cette session de prières. Accompagné de sa cousine, sa belle-sœur et ses neveux, il s’est rendu, en voiture, au Ganga Talao, dans la matinée du mardi 11 février. Ils ont opté pour une marche pour retourner à Grand-Gaube. « La marche est symbole de sacrifice, car nous mettons tout de côté pour recueillir l’eau sacrée. Quand l’eau est collectée, un sentiment de devoir accompli et de satisfaction nous envahit. »

Sandesh Gungaram, 54 ans, responsable informatique et secrétaire du Vishwanath Mandir confie que cinq à six jours avant Maha Shivratri, ils marchent vers Grand-Bassin pour recueillir l’eau sacrée et la rapporter à leur « mandir ». 

« Cette année, nous avons commencé le pèlerinage le samedi 15 février à 17 heures et nous étions de retour vers 2 heures le dimanche 16 février », confie cet habitant de Vacoas. Lors de la grande nuit de Shiva, il participe au « pooja » qui se déroule à 18 heures, 21 heures, minuit et 3 heures le lendemain. 

Le jeûne de quarante jours est pour Sandesh un entraînement mental, afin de s’accorder avec l’énergie divine de Shiva qui se manifeste pendant la grande nuit de Shiva. « Maha Shivaratri est très spéciale, car Shiva occupe une place importante dans ma vie et celle de ma famille. Nous célébrons Shivaratri à la maison et dans mon temple. Nous aidons à la préparation de cette grande nuit et accompagnons les autres dans leur quête. Maha Shivaratri est l’occasion de s’aligner sur les cinq éléments : la terre, l’eau, le feu, l’air et l’espace. »

maha

 

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP