Live News

Lutte contre le chômage : création du National Employment Department cinq ans après le vote du texte de loi

Le National Employment Department, sous la tutelle du ministère du Travail, est chargé de trouver des emplois pour les chômeurs et de mettre en place des stratégies pour faire diminuer le taux de chômage à Maurice. Cela intervient après la promulgation, ce mois-ci, de la National Employment Act, votée en 2017.

Bien que la National Employment Act ait été votée en 2017 et que le président de la République ait donné son assentiment le 10 novembre de la même année, ce n’est que ce mois-ci que le texte de loi a été promulgué. Il remplace l’Employment and Training Act et permet la mise en place d’un National Employment Department, mené par un National Employment Director.

Cette nouvelle structure, créée au sein du ministère du Travail et de l’Emploi, a pour but de développer les outils nécessaires pour lutter contre le chômage à Maurice. Le département doit formuler et implémenter des projets et stratégies pour, entre autres, s’attaquer au « mismatch » entre l’offre et la demande sur le marché du travail, apporter des solutions au sous-emploi et anticiper les demandes futures du marché.

Il devra notamment tenir un registre fiable des chômeurs, trouver des emplois pour ces derniers, guider et assister le monde du travail, préparer et fournir des informations sur le marché du travail aux employeurs, demandeurs d’emploi et instituts de formation, placer des chômeurs dans des entreprises, promouvoir le « labour migration », encourager le télétravail et gérer les programmes gouvernementaux par rapport à l’emploi.

Ce nouveau département absorbe le service de l’emploi du ministère du Travail et de l’Emploi.

Chaque employeur devra, via le National Employment Dashboard que le département va créer et gérer, s’enregistrer auprès du directeur du National Employment Department, signaler tout poste vacant dans un délai de sept jours et soumettre les noms et détails des personnes recrutées dans un délai de 30 jours. Tout employeur devra aussi signaler lorsqu’un employé démissionne ou part à la retraite, dans un délai de 15 jours.

La nouvelle loi oblige également chaque chômeur à s’enregistrer auprès du département et à l’informer, dans un délai de 15 jours, quand il a obtenu un emploi.

Puis, tout chômeur qui, « sans excuse raisonnable », décline une offre d’emploi ou une proposition de formation qui correspond à ses qualifications, trois fois sur une période d’un an, ne pourra plus bénéficier des services du National Employment Department pendant une durée d’un an après la dernière offre déclinée.

Toute personne qui commet une infraction en vertu de la National Employment Act risque une amende maximale de Rs 25 000 et une peine de prison pouvant aller jusqu’à six mois.

Davantage de jeunes chômeurs

Fin 2021, le taux de chômage était de 9,1 % contre 9,2 % l’année précédente. Par contre, selon les chiffres de Statistics Mauritius, le taux de chômage des jeunes a augmenté. Il se situait à 27,7 % en 2021, contre 26,1 % en 2020 et 22,2 % en 2011. Fin 2021, le pays comptait 48 400 chômeurs, dont 25 800 hommes et 22 600 femmes.

Toujours selon Statistics Mauritius, la moyenne d’âge des chômeurs était de 32,7 ans. Il ressort aussi que 55 % des chômeurs n’avaient pas le School Certificate. Parmi ceux-ci, 17 % n’avaient pas obtenu le diplôme de fin de cycle primaire. Au niveau des diplômés, on enregistrait aussi un fort taux de chômage. Fin 2021, 10 100 personnes ayant suivi des études tertiaires étaient sans emploi, soit 21 % des chômeurs.

Manque de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs 

Paradoxalement, alors que de nombreux Mauriciens n’ont pas d’emploi, la demande pour des travailleurs étrangers est en hausse. Plusieurs secteurs ne parvenant pas à recruter localement se tournent vers l’étranger pour pourvoir les postes vacants. L’Association des hôteliers et restaurateurs de l’île Maurice vient de formuler une demande urgente pour avoir l’autorisation de recruter des étrangers pour travailler dans les hôtels. La construction, l’industrie sucrière ou encore les secteurs de l’offshore et du BPO font aussi face à un fort manque de main-d’œuvre. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !