Live News

L’Union africaine demande la libération des Chagos 

« C’est la voix d’un continent qui a souffert de la colonisation qui demande la libération de l’archipel des Chagos. » Les représentants de l’Union africaine (UA), ont d’une seule voix, fait un plaidoyer en faveur de Maurice ce jeudi soir 6 septembre, devant la Cour Internationale de Justice (CIJ) à La Haye, aux Pays-Bas. 

Les trois membres de la délégation de l'Union africaine sont intervenus durant plus d’une quarantaine de minutes pour défendre la cause mauricienne. Leur message est sans équivoque : « la décolonisation de Maurice est incomplète et la lutte pour que les Chagos soient de nouveau rattachés au territoire mauricien fait partie de l’agenda de l’Union africaine. » 

La conseillère juridique Namira Negm, a soutenu l’argument suivant : la Cour Internationale de Justice est bel et bien l’instance appropriée pour se prononcer sur les conséquences légales de la séparation des Chagos du territoire mauricien en 1965. Elle a ajouté que ce tribunal a le devoir d’agir afin de libérer les Chagos de l’emprise britannique car le démembrement du territoire mauricien est une injustice commise en 1965.  

Le deuxième intervenant, le docteur Mohamed Gomah, est revenu sur les plaidoyers des Britanniques et de ses alliés : « ce sont uniquement les pays colonisateurs qui soutiennent la Grande-Bretagne. » Il souhaite par ailleurs que la Cour Internationale de Justice apporte des clarifications sur les inégalités dont sont victimes les Chagossiens. 

Pour le troisième intervenant, Makanem Bengue, la Cour doit se pencher sur la légalité de l’excision des Chagos en 1965 et ne doit pas se contenter de faire de vagues recommandations au moment de se prononcer. Les plaidoyers ont pris fin ce jeudi 6 septembre.