Live News

Lord Ahmad of Wimbledon : «Le Royaume-Uni ne reconnaît pas la réclamation de Maurice»

Tariq Ahmad Tariq Ahmad, ministre britannique du Commonwealth et des Affaires étrangères.

Dans son allocution à l’Assemblée nationale le jeudi 21 novembre 2019, Pravind Jugnauth a évoqué un discours écrit de Tariq Ahmad, ministre britannique du Commonwealth et des Affaires étrangères, qui explique la position du Royaume-Uni sur la question des Chagos. Que dit-il exactement ?

Dans ce written statement déposé le 5 novembre à la House of Commons et qui est passé inaperçu, Lord Ahmad of Wimbledon maintient avec force le refus du Royaume-Uni de reconnaître l’avis consultatif de la Cour internationale de Justice (CIJ) et la résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 22 mai 2019. « Le Royaume-Uni n’a aucun doute sur sa souveraineté sur le British Indian Ocean Territory (BIOT) », indique Tariq Ahmad. L’archipel des Chagos se trouve dans le BIOT que le Royaume-Uni considère comme un territoire britannique d’outre-mer. 

Maurice, lui, ne reconnaît pas le BIOT. Tariq Ahmad soutient que le BIOT « est sous souveraineté britannique de manière ininterrompue depuis 1814. Maurice n’a jamais détenu la souveraineté sur le BIOT ». Il conclut donc que « le Royaume-Uni ne reconnaît pas sa réclamation ». Il souligne aussi : « Nous étions déçus que le litige sur la souveraineté sur le BIOT ait été référé à la CIJ qui ne devrait pas se pencher sur un litige bilatéral sans le consentement des deux États concernés. »  

Pour le ministre britannique, la CIJ aurait dû tenir compte du jugement de l’United Nations Convention for the Law of the Sea (UNCLOS) de 2015, qui prend en considération l’accord de 1965 entre Maurice et le Royaume-Uni. Dans cet accord, « Maurice a donné son aval pour le détachement du BIOT en retour de bénéfices, dont l’engagement du Royaume-Uni de céder le territoire quand il n’en aura plus besoin à des fins de défense ».

Tariq Ahmad prend le soin de préciser que « l’avis de la CIJ est consultative et non une obligation légale et elle a reconnu que son opinion est sans préjudice sur le litige entre le Royaume-Uni et Maurice par rapport à la souveraineté sur le BIOT ». Le Royaume-Uni n’a donc aucunement l’intention de respecter l’avis consultatif de la CIJ, ni la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies. Le Royaume-Uni reconnaît uniquement le jugement d’UNCLOS de 2015 qui demande qu’un dialogue direct et bilatéral soit entamé avec Maurice.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !