Live News

À Londres : une Mauricienne tuée par une flèche d’arbalète

Sana Muhammad Sana Muhammad.

Sana Muhammad, enceinte de huit mois, a été tuée à l’arbalète par son ex-mari Ramanodge Unmathallegadoo.

Cela s’est produit dans la matinée du lundi 12 novembre à Londres. L’enfant qu’elle portait a été sauvé.  

Sana Muhammad, une Mauricienne de 35 ans, a été sauvagement assassinée le lundi 12 novembre 2018. La jeune femme, qui était enceinte de huit mois, a tenté d’échapper à son agresseur qui était nul autre que son ex-mari Ramanodge Unmathallegadoo. Arrêté, il a été traduit en justice le mardi 13 novembre. Il est inculpé d’assassinat. Il devrait de nouveau comparaître devant le tribunal ce jeudi 15 novembre.

Selon la presse britannique, Ramanodge Unmathallegadoo a été traduit en justice mardi.
Selon la presse britannique, Ramanodge Unmathallegadoo a été traduit en justice mardi. (crédits  photo : www.thesun.co.uk)

Imtiaz Muhammad (42 ans), père du bébé et époux de la victime, était présent lorsque Ramanodge Unmathallegadoo, armé d’une arbalète, s’est introduit chez lui à Ilford. Un voisin a raconté à la presse britannique avoir vu le propriétaire des lieux sortir de la maison pour demander de l’aide. « Il frappait à toutes les portes. On a appelé la police. À l’arrivée des agents, l’ex-mari de Sana s’est constitué prisonnier. Je lui ai demandé pourquoi il avait commis ce crime. Il m’a répondu qu’il était venu voir sa femme pour tuer son mari », a raconté le témoin à The London Economic.

Il a ajouté qu’une colocataire de la victime lui a confié que l’ex-mari est entré dans la maison avec une arbalète noire. Les enfants de Sana Muhammad, qui y étaient, appelaient à l’aide. La jeune femme aurait tenté d’échapper à son agresseur. Elle a reçu une flèche dans l’abdomen. Celle-ci a manqué le bébé de quelques centimètres. L’enfant a pu être sauvé.

Imtiaz et Sana Muhammad. (Photo prise sur Facebook)
Imtiaz et Sana Muhammad.

Sana Muhammad a succombé à ses blessures, trois heures plus tard, alors qu’elle était sur la table d’opération et que le personnel médical pratiquait une césarienne. Selon London Evening Standard, l’état de santé du nouveau-né, surnommé Ibrahim, est stable.

Ceux venus rendre hommage à la jeune femme disent qu’elle était populaire. « Elle était originaire de Maurice. Elle était venue au Royaume-Uni pour avoir une vie meilleure, mais elle avait été forcée d’épouser son ex-mari. Ce dernier était un monstre. Il la maltraitait. Sana vivait dans la même maison avec lui. Elle me racontait comment elle s’était mariée trop tôt et qu’elle avait besoin de fuir. Il y avait 15 ans d’écart entre eux. Après quelques années, Sana avait pu s’échapper. Elle avait trouvé le bonheur avec Imtiaz et les enfants », a raconté une amie de la défunte.

Sana était mère de trois enfants âgés de 12, 14 et 18 ans et issus de son premier mariage. Elle avait deux filles, âgées de deux et cinq ans, avec son deuxième mari.