Politique

Loi du travail - Bérenger : «Des coquilles vides»

Retour à la normale pour les militants. Après les Jeux des îles, le Mouvement militant mauricien (MMM) est revenu avec sa conférence de presse hebdomadaire à Ébène samedi.

Paul Bérenger a révélé que le MMM avait déjà désigné 55 candidats pour les prochaines législatives. Concernant Shameem Korimbocus, il a expliqué que ce n’est pas difficile de deviner qui, au Mouvement socialiste militant est derrière la déportation de l’humoriste.

« Mal élevé ». C’est en ces termes que le leader du MMM Paul Bérenger a qualifié le Premier ministre. Vendredi, Pravind Jugnauth l’avait traité d’escroc intellectuel lors d’un congrès à Rivière-du-Rempart. Revenant sur les activités politiques, Paul Bérenger a affirmé que le meeting du MSM de Rivière-du-Rempart pour annoncer le candidat pour l’élection partielle est un fiasco.

Les nouveaux amendements aux lois du travail irritent Paul Bérenger. « On a perdu du temps pour finalement venir avec des coquilles vides. » Il a souligné que le Workers’ Rights Bill est un « mess ».  Paul Bérenger a dit que le Portable Retirement Gratuity Fund (PRGF) est annoncé dans budget 2019-2020, mais sans détails, juste une déclaration d’intention. « Les travailleurs méritent le PRGF, mais cela coûtera beaucoup d’argent », a-t-il fait comprendre.  Concernant le Wage Guarantee Fund, Paul Bérenger a souligné qu’il s’agissait encore d’une annonce sans fondement. Il est revenu sur le Redundancy Board et la notice de 30 jours envoyée à un employé avant un licenciement. « Si l’employeur a une bonne raison, il peut ne pas donner de notice... mais ‘bonne raison’ n’est pas défini... Nous saluons les efforts des syndicats et nous étudierons la nouvelle ébauche... il y aura des motions ce mardi pour enlever ces lois. »

Paul Bérenger est revenu sur le Political Financing Bill. Il a expliqué que le Premier ministre adjoint Ivan Collendavelloo a mis l’accent sur trois clauses : l’enregistrement des partis, les comptes audités des partis et le plafond des dépenses. Paul Bérenger demande au gouvernement de promulguer ces trois clauses avant les prochaines élections, car le MMM est d’accord avec ce principe. La loi a été votée, mais il ne fallait pas une majorité de 3/4. Il revient sur ce qu’il qualifie de bourde par le Premier ministre et la Speaker.

Le mardi 30 juillet, le ministre Anil Gayan et l’Attorney General Maneesh Gobin ont soulevé un point of order, qualifié de ridicule par Paul Bérenger. Il affirme que la Speaker a fauté en donnant un ruling qui stipule que n’importe quel député peut proposer une motion de censure, qui doit être considérée par le parlement en un mois et qu’il ne peut y avoir plus d’une motion par session. Paul Bérenger affirme que, selon le système westminsterien, c’est le leader de l’opposition qui en a la prérogative. « Le prochain Parlement devra annuler ce ruling », affirme-t-il.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective