Techno

Logiciel populaire : FaceApp surveillée par le gouvernement mauricien

En quelques clics, il est désormais possible d’avoir un petit aperçu de ce à quoi ressemblera votre visage dans les années à venir grâce à FaceApp. Cette application d’origine russe et gratuite est disponible sur AppStore et Playstore. Elle fait un carton dans le monde. Maurice n’est pas épargné par le phénomène. Raison : le filtre de l’application permet de vieillir les visages en recourant à l’intelligence artificielle. Le principe est simple et le résultat assez bluffant. 

D’après Le Figaro, plus de 151 000 publications sur Instagram et 60 000 publications sur Twitter étaient sur la Toile à travers le hashtag #AgeChallenge la semaine dernière. De nombreux Mauriciens ase sont aussi prêté au jeu. Cependant, comme beaucoup d’applications, celle-ci collecte plusieurs données des utilisateurs comme l’adresse IP et l’identifiant publicitaire, entre autres. 

À partir du moment où vous autorisez l’application à accéder à votre galerie de photos, vous cédez aussi les droits sur la propriété des photos que vous téléchargez sur l’application. FaceApp peut les utiliser, les modifier et les exploiter comme bon lui semble. 

Interrogé sur le sujet, le ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation, Yogida Sawmynaden a déclaré que le gouvernement mauricien suit ce dossier de près. « Maurice est parmi les premiers pays au monde à avoir adopté la Data Protection Act. Ce sujet peut être très sensible à Maurice même si ce n’est pas le cas à l’étranger. Nous devons être très vigilants. C’est pour cela qu’une équipe concernée est en mode surveillance pour contourner toute sorte de problèmes et afin que personne ne soit affectée par d’éventuelles répercussions à Maurice », a confié Yogida Sawmynaden lors d’un séminaire sur la transition numérique du gouvernement, organisé par Gartner à l’hôtel Hennessy Park à Ébène le jeudi 25 juillet 2019. 


Comment ça marche ?

FaceApp collecte des millions de photos à travers le monde, ce qui suscite d’ailleurs l’inquiétude sur l’usage qu’elle en fait. Mais aussi intrusif qu’il soit, cet usage semble refléter la pratique générale et non un cas isolé. Lancée en 2017, L’application russe a refait surface ces derniers jours avec ses outils d’intelligence artificielle qui permettent de vieillir, de rajeunir, de modifier le teint ou le sourire.

Mais le succès de FaceApp, actuellement l’application gratuite la plus téléchargée sur Google Play avec plus de 100 millions d’utilisateurs, s’est accompagné d’un émoi quant à la protection de la vie privée. Jusqu’à pousser un sénateur américain à demander au FBI d’enquêter sur les « risques pour la sécurité nationale ». 

La Pologne et la Lituanie ont annoncé qu’elles examineraient de près l’application. Pourtant, des spécialistes de la cybersécurité appellent à relativiser les risques, comme la société israélienne Checkpoint, qui n’a « rien trouvé d’extraordinaire dans cette application » qui « semble avoir été développée dans le bon sens et ne présente pas de permissions agressives ».

Source : Internet

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective