Faits Divers

Livraison de drogue et articles illégaux à la prison - Le gardien Sheik Mahazam Pheerungee : «mo ti vilnerab, monn tente…»

Sheik Mahazam Pheerungee Le gardien est accusé d’avoir livré de la drogue et des articles illégaux à un détenu.

Il dit avoir été tenté par l’argent car il avait des difficultés financières. Le gardien, Sheik Mahazam Pheerungee, a été jugé coupable, le lundi 14 janvier 2019, en cour intermédiaire, d’avoir accepté de livrer de la drogue et des articles illégaux à un prisonnier incarcéré à la prison centrale de Beau-Bassin. La sentence sera prononcée le 29 janvier 2019.

Sheik Mahazam Pheerungee, un gardien de 39 ans et résidant à Plaine-Verte, fait l’objet de poursuites en cour intermédiaire sous quatre accusations.  Notamment pour  possession de cannabis, possession de drogue dangereuse et pour avoir permis que des articles illégaux soient remis à un prisonnier. Les délits ont été commis, le 24 janvier 2013, à la prison centrale de Beau-Bassin.

L’accusé a été reconnu coupable par la magistrate Bibi Razia Jannoo-Jaunbocus des charges retenues contre lui. Sa sentence sera prononcée le 29 janvier 2019.

Appelé à la barre, le gardien a présenté des excuses et a réclamé la clémence de la cour. Il a affirmé qu’il a cinq enfants ainsi que ses parents sous sa responsabilité. Il dit avoir réintégré son travail depuis le 4 juillet 2018 et qu’il fait du social dans le but de se racheter auprès de la société.

« Mo latet ti fatigue… »

Il a raconté qu’il était devenu mentalement instable depuis que sa femme l’a quitté avec cinq enfants pour se rendre en Angleterre. « Mo latet ti fatigue, mo ti vilnerab, monn tente (…) kan enn dimounn inn propoz mwa Rs 50 000 monn tomb dan sa febless la (… ) », souligne l’accusé. D’autant plus qu’il avait contracté des emprunts à la Mauritius Civil Service Mutual Aid Association Ltd.

Sheik Mahazam Pheerungee est accusé d’avoir été en possession de 7,028 grammes et 1,251 gramme de cannabis. Cette drogue devait être livrée au prisonnier Jean Wendy Carre. Ce dernier avait été condamné par la cour d’assises, en octobre 2008, à 22 ans de prison, dans le sillage d’un viol collectif d’une adolescente de 17 ans à Flic-en-Flac. Délit commis en mars 2008. Il est également accusé d’avoir été en possession des comprimés « clonazepam » pour être livrés au prisonnier Jean Wendy Carré.

Selon les troisième et quatrième chefs d’accusation, il avait en sa possession des articles illégaux : trois portables, des  batteries de téléphone, une carte à puce et quatre écouteurs. Ces articles devaient également être  remis au même prisonnier. La valeur de la drogue saisie en possession du garde-chiourme est estimée à Rs 10 000.

Sheik Mahazam Pheerungee a plaidé coupable aux accusations retenues contre lui. Il est défendu par Me Shaukatally Oozeer.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !