Défi Zen

L’International Girls in ICT Day : une 2e édition réussie

Les participantes ont eu une session de travail.

Plus de 110 professionnelles, jeunes ou seniors, des étudiantes, des collégiennes et des responsables en ressources humaines, ont eu l’occasion d’échanger et de partager leurs expériences. C’était lors de la 2e édition de l’International Girls in ICT Day, le jeudi 25 avril au SD Worx à Ebène pour marquer la Journée internationale des femmes dans les TIC. Plus de 11 100 célébrations de la Journée internationale des filles dans les TIC ont eu lieu dans 171 pays. Pas moins de 357 000 jeunes filles et femmes y ont participé. 

Des professionnelles ont partagé leurs expériences.
Des professionnelles ont partagé leurs expériences. 

Au-delà d’échanger et de valoriser les parcours, les participantes présentes ont eu l’occasion de réfléchir collectivement à des propositions d’actions pour encourager les jeunes filles et les femmes à s’orienter vers les filières STEM et les carrières TIC en recherchant les synergies communes pour améliorer la contribution des femmes dans les TIC. Des présentations effectuées par le Dr. Archana Bhaw-Luximon, Professeure associée du CBBR de l’Université de Maurice sur les opportunités de la nanotechnologie et celle du Dr. Madhvee Madhou de la MRC et Vice-présidente de l’OWSD (Organisation of Women in Science in the Developing world) ont permis d’alimenter les réflexions.

Carrières du numérique

Catherine Dubreuil, Présidente de la FINAM, souligne que « la célébration de cette journée contribue à créer un environnement qui encourage les jeunes filles et les femmes à envisager une carrière dans le secteur des TIC en pleine expansion et à permettre aux jeunes filles comme aux entreprises technologiques de bénéficier des avantages d'une plus grande participation féminine à exprimer leurs talents dans le numérique. »

De plus, différentes initiatives de la part des sociétés ont été exposées pour permettre aux jeunes filles de s’orienter vers les carrières du numérique. Par exemple, DigiGirlz est un des programmes phares de Microsoft pour investir dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM), dans la formation des jeunes filles et l’élargissement du bassin d’emploi pour relever les défis de l’économie mondiale. 

L’objectif pour Accenture Technology est d’atteindre un effectif paritaire de 50-50 d’ici à 2025.

Le programme ‘Accenture Gender’, un volet de l’Inclusion & Diversity permet l’emploi d’un plus grand nombre de femmes à travers le travail à domicile, le flexi-time, le part-time ou les formations inclusives. L’objectif pour Accenture Technology est d’atteindre un effectif paritaire de 50-50 d’ici à 2025. 

La société Aero ECM World propose le télé-travail, des horaires flexibles, selon les personnes, les parents par exemple, en fonction des horaires de crèches, des nounous, une adaptation par rapport aux congés de maternité et bien sûr, considérer les évolutions de carrières de la même façon pour les hommes et les femmes.

La ministre de l'Éducation et des Ressources humaines, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Leela Devi Dookun-Luchoomun, invitée d’honneur de l’ouverture de cette journée, s’est félicitée des chiffres réconfortants (proches de 50 %) du taux d’emploi des femmes dans le secteur des TIC. Vu que tous les domaines dépendent de l’informatique, il est nécessaire, selon elle, de faire progresser ce chiffre. Des actions sont prises au niveau de son ministère pour s’assurer de l’introduction de l’informatique à tous les niveaux comme le ‘Early Digital Learning Programme’.

Transformation digitale

Il importe aussi de souligner qu’à l’heure de la transformation digitale, le secteur des TIC offre de nombreuses occasions d’emploi à ceux et celles qui n’ont pas de formation informatique initiale.

Leela Devi Dookun-Luchoomun, ministre de l’Éducation, était l’invitée d’honneur.
Leela Devi Dookun-Luchoomun, ministre de l’Éducation, était l’invitée d’honneur.

« Co-organiser l’International Girls In ICT Day est en phase avec la mission du NCB d’e-empowerment en rendant accessible le numérique tant au niveau des juniors que des seniors en passant par les étudiants et les professionnels. Il nous importe de relever les défis de la transformation digitale de manière inclusive, afin de faire émerger les talents, de renforcer les compétences dans le numérique, vu que ce secteur est en passe de devenir le principal pilier de l’économie mauricienne », indique Joanne Esmyot, Executive Director du NCB. 

Dans les TIC, de belles progressions de parcours sont à la portée des femmes comme le démontrent les témoignages. À l’instar de Dourga Unmole, Consultante pour la solution Salesforce à Spoon Consulting depuis cinq ans, qui est fière d’avoir choisi un métier d’avenir dans l’informatique. Pour elle, les métiers d’ingénieur en informatique sont à la portée de tous et toutes. 

Smitee Dwarka, Associate QA Manager chez ELCA, après un parcours d’ingénieure informatique dans le développement d’applications, abonde dans le même sens. Les femmes peuvent faire preuve des mêmes aptitudes et compétences que les hommes dans le domaine de l’informatique, sous réserve d’avoir les bonnes orientations, les opportunités et l’accès aux plateformes leur permettant d’évoluer.  

Notons que cette initiative revient à l’Union International des Télécommunications (UTI), relayée à Maurice par le National Computer Board, l’OTAM, la MITIA et la CCIFM à travers la FINAM, et la société SD Worx.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !