Xplik ou K

Licenciement abusif : après cinq ans, toujours pas de compensation

imprimerie L’imprimerie a dû cesser ses opérations car le bâtiment qu’elle occupait était situé sur le tracé du Metro Express.

Une entreprise de sérigraphie a été condamnée à payer Rs 145 000, Rs 150 000 et Rs 125 000 respectivement à trois de ses travailleurs, deux femmes et un homme, en guise de compensation pour licenciement abusif. Cinq années se sont écoulées et les travailleurs n’ont pas encore vu la couleur de leur argent.

Gertrude, une des victimes, s’est tournée vers Radio Plus pour soulever le problème dans l’émission Explik ou Ka. Le porte-parole du ministère du Travail, Leevy Frivet, s’est, pour sa part, engagé à examiner le dossier tout en affirmant que le ministère aura légiféré d’ici avant la fin du mandat du gouvernement pour éviter ce genre de problème.

Dans le cas présent, Gertrude explique que les travailleurs de l’entreprise de sérigraphie occupaient l’étage d’un bâtiment à Les-Salines. Ils sont six, dont certains comptent une vingtaine d’années de service. Il advient que le propriétaire du bâtiment a dû céder au gouvernement sa propriété qui se trouve sur le tracé du Metro Express.

L’évacuation des lieux a donc mis un terme aux opérations de l’imprimerie.

Gertrude avance que le directeur de la sérigraphie a accepté de payer les indemnités à ses travailleurs. C’est le ministère du Travail qui avait logé la plainte devant le tribunal industriel, mais les paiements n’ont jamais été effectués. Pourquoi ?  « Notre employeur a dit qu’il honorera ses engagements dès que le gouvernement lui aura versé les dédommagements, mais en vain. »

L’enquête du responsable de communication du ministère devra permettre de connaître les tenants et aboutissants de cette affaire. Leevy Frivet a précisé que ce genre de complications fera partie du passé lorsque le gouvernement aura, d’ici avant la fin de 2019, apporté des modifications aux deux lois du Travail, l’Employment Relations Act et l’Employment Rights Act. Leevy Frivet dit ne pas connaître à ce stade les détails des changements prévus, mais se dit confiant que les travailleurs qui perdent leurs emplois n’auront pas à attendre aussi longtemps le verdict de la cour visant à faire respecter leurs droits. Ce sera fait, a-t-il affirmé, en ligne avec les promesses du gouvernement d’assurer la sauvegarde des intérêts des travailleurs en général.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !