Live News

Licenciée depuis six mois : Marie Fidou souhaite un soutien financier pour nourrir ses enfants

Après avoir résolu un gros problème familial, Marie Fidou doit maintenant lutter contre le manque de revenus.

Cette habitante de Baie-du-Tombeau travaillait comme garde-malade chez une famille de Port-Louis, et ce, pendant 10 mois. Puis, la famille a décidé qu’elle n’avait plus besoin de ses services. Suite à cela, elle a été inscrite au Workfare Programme. Six mois se sont écoulés depuis. Marie Fidou avance qu’elle attend toujours le paiement. 

Marie Fidou, 41 ans, ne travaille plus depuis qu’elle a été congédiée. Elle se plaint que l’argent qui doit provenir du Workfare Programme se fait désirer. Mère de quatre enfants, elle en a trois sous sa charge puisqu’ils sont âgés de 16, 6 et 4 ans respectivement. L’aîné, lui, a 24 ans. Il n’a pas d’emploi fixe.

Son mari a également perdu son travail ce mois-ci, après s’être absenté parce qu’il est tombé malade. Il était éboueur pour une compagnie privée.

La fille de Marie Fidou n’est pas en bonne santé puisqu’elle ne mange pas convenablement.»

Après avoir connu un gros souci familial, Marie Fidou et son mari croyaient avoir trouvé un semblant de répit. Hélas…

Pas d’école pour une de ses Filles

Il y a quelque temps, Claudio Joseph, le mari de Marie Fidou, a cru bien faire en envoyant sa fille chez des connaissances afin qu’elle reçoive de l’aide sur le plan éducatif parce qu’il y avait des personnes instruites au sein de cette famille. Mais cela ne s’est pas bien passé là-bas. Marie Fidou raconte que cette famille n’a pas bien traité sa fille et l’a chargée de corvées. Elle n’est pas allée à l’école pendant un an. Quelqu’un s’est plaint auprès des autorités et la fille s’est retrouvée dans un shelter. La Child Development Unit (CDU) est même venue chez Marie Fidou pour voir comment ses autres enfants étaient traités. Heureusement pour elle, la CDU n’a pas pris sous sa charge ses deux petits garçons.

Marie Fidou raconte que sa fille a passé près de sept mois au shelter. Ne pouvant plus supporter cette séparation, elle a retenu les services d’une avouée qui a réussi à l’aider pour que sa fille soit de nouveau à ses côtés. Aujourd’hui, elle se réjouit d’avoir retrouvé sa fille qu’elle croyait perdue. Elle est aussi contente qu’elle ait retrouvé ses bonnes manières, car quand elle est retournée à la maison, durant les premiers jours, son langage comportait plein de jurons, surtout à l’encontre de ses petits frères.

Aujourd’hui, tout cela est derrière Marie Fidou. Son nouveau souci, c’est le manque des finances. Dur pour des parents qui ne travaillent pas, qui n’ont aucun revenu, d’envoyer trois enfants à l’école. « Je ne vais pas vous le cacher, ce sont des voisines qui nous soutiennent actuellement en nous donnant de quoi manger. Ce matin même (le mardi 16 février), elles nous ont donné du pain et une boîte de conserve. Mes deux garçons ont ainsi pu avoir quelque chose à manger pendant la récréation à l’école. Mais il se peut qu’un de ces jours, ils n’aillent pas à l’école faute de n’avoir rien à apporter pour manger », confie Marie Fidou. La fille de Marie Fidou est tombée malade et ce mardi-là, sa mère a dû l’emmener à l’hôpital. Elle n’est pas en bonne santé puisqu’elle ne mange pas convenablement.

Ce qu’on souhaite pour la famille, c’est le retour des revenus. Marie Fidou déclare que le bureau du Travail l’a informée que le premier paiement sera effectué en mars. Et il se peut que son mari trouve du travail comme maçon dans les jours qui viennent. Un semblant d’espoir. Mais d’ici là, il faudra encore serrer la ceinture…

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !