Live News

L’ICAC poursuit ses investigations : le CEO du Central Procurement Board  accusé d’avoir touché Rs 2 millions

Kreetykant Dosieah (en complet) quittant les locaux de l’ICAC dans la journée d’hier.

Kreetykant Dosieah a été arrêté lundi. Il sera inculpé, ce mardi, sous l’article 15 de la Prevention of Corruption Act. Le téléphone du patron de PAD CO agit comme décodeur des bénéficiaires des pots-de-vin offerts.  

Il a signé un engagement auprès de l’Independent Commission Against Corruption (Icac) il y a quelques années. Celle-ci lui reproche désormais d’avoir perçu un pot-de-vin d’un montant de Rs 2 millions d’Alain Hao Thyn Chuan Ha Shun, Managing Director de PAD CO, pour le projet de modernisation de la centrale électrique de St-Louis. Kreetykant Dosieah, le Chief Executive Officer du Central Procurement Board (CPB), a été arrêtée, ce lundi 27 septembre, pour corruption.  

Libéré sur parole, le suspect de 60 ans sera traduit devant le tribunal du district des basses Plaines-Wilhems, ce mardi 28 septembre, pour avoir enfreint l’article 15 de la Prevention of Corruption Act (PoCA). Cet article particulier porte sur l’accusation de « receiving gift for a corrupt purpose », notamment de par la position qu’il occupe au sein de l’organisme chargé de l’attribution des contrats publics et du fait qu’il n’est pas censé entretenir des liens avec un soumissionnaire, en l’occurrence Alain Hao Thyn Chuan Ha Shun.   

Les données récupérées par les informaticiens de la Commission anticorruption sur un serveur de PAD CO ainsi que les ordinateurs portables de l’ex-Finance Manager, Patrice Leung Lam Hin, et le téléphone portable d’Alain Hao Thyn Chuan Ha Shun ont aidé les enquêteurs à reconstituer le puzzle autour des pots-de-vin d’au moins Rs 200 millions offerts à diverses personnes. Comparées aux notes du comptable Khemraj Moojee, ces données ont permis d’identifier les bénéficiaires. 

Le nom de code de Kreetykant Dosieah pour les paiements le concernant y figurait et remonte à 2016. Tout comme le Pr Swaley Kasenally, ancien ministre de l’Énergie et qui agissait comme consultant pour la société danoise Burmeister & Wai Scandinavian Contractor (BWSC) et de l’ingénieur Amritsingh Raja Rai, ex-président du Technical Committee du Central Procurement Board (CPB) qui a donné son aval au projet St-Louis, c’est le même code qui était accolé à leurs portables sur le répertoire du téléphone d’Alain Hao Thyn Chuan Ha Shun. 

Communication constante

Dans le cas de Kreetykant Dosieah, il ressort qu’il a été en communication constante avec le patron de PAD & Co dans l’intervalle où le dossier St-Louis était débattu, ce qui est contraire aux règles de bonne gouvernance. Confronté à ces preuves la semaine dernière, le patron de PAD Co a préféré invoquer son droit au silence.  

Dans la journée de lundi, la résidence de Kreetykant Dosieah, à la route Jackson, Vacoas, été perquisitionnée. Un ordinateur, un disque dur ainsi que des documents en lien avec des contrats publics y ont été saisis. Nommé CEO du CPB il y a plus de neuf ans, le suspect a rejoint la Fonction publique il y a quatre décennies en tant que Clerical Officer. Il a été un cadre de l’ex-Central Tender Board (CTB), avant que celui-ci ne soit rebaptisé le CPB.  

L’Icac passera au peigne fin l’ensemble des contrats alloués à PAD CO pour lesquels le suspect aurait pu être corrompu. Son patrimoine sera évalué, tout comme celui de ses proches. Pour le délit pour lequel il est poursuivi, Kreetykant Dosieah risque une servitude pénale d’au moins 10 ans. « Kreetykant Dosieah a toujours eu bonne réputation. Il faudra déterminer comment la méthode PAD CO a fonctionné », confie un habitué des contrats publics, d’abord en tant que soumissionnaire et ensuite comme client après une nomination au sein d’un organisme.   

Après Kreetykant Dosieah, la Commission anticorruption s’attaquera aux autres gros poissons figurant sur la liste de quatre pages des bénéficiaires de pots-de-vin au sein d’Airports of Mauritius (AML), de la Mauritius Ports Authority (MPA) et du ministère des Infrastructures publiques, entre autres. Ils étaient chargés des projets de la nouvelle tour de contrôle au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport, le dragage de Mer-Rouge et la réalisation d’un Cruise Terminal à la rade de Port-Louis ainsi que la construction de drains dans les zones inondables.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !