Xplik ou K

À l’hôpital du Nord : l’opération d’un enfant reportée trois fois

main L’enfant souffre d’une malformation des deux mains.

Un garçonnet de deux ans et demi, originaire de Roche-Terre, doit subir une opération de la main suite à une malformation. Admis à plusieurs reprises à l’hôpital du Nord, l’opération ne cesse d’être reportée.

Le 9 juillet dernier, un garçonnet âgé de deux ans et demi, originaire de Roche-Terre, est admis à l’hôpital du Nord pour une intervention chirurgicale de la main. Mais le même jour, on a demandé à sa mère de le ramener à la maison car le chirurgien indien, chargé de l’opérer, n’était pas encore arrivé à Maurice. Un nouveau rendez-vous est pris pour le 16 juillet. Bis repetita : on demande à la famille de revenir le 18 juillet.

Le matin du 18 juillet, l’enfant est admis à l’hôpital pour subir ladite opération le lendemain, explique sa mère. Tous les examens nécessaires sont effectués et le petit reste a jeun de minuit à 13 heures le lendemain, soit le 19 juillet. À 13 heures, on  informe la mère que l’opération n’aura pas lieu car un pin qui doit être inséré dans la main de l’enfant est indisponible à l’hôpital. Depuis ce nouveau renvoi, la famille attend toujours la prochaine date. Entre-temps, le chirurgien indien, le Dr Bhaskar, est rentré en Inde.

Cette opération fait suite à une première qui a eu lieu le 3 décembre 2016 car le petit est affecté aux deux mains. Suite à la première intervention, il avait retrouvé l’usage de sa main à 75 %.

Quand le pin sera-t-il disponible ? La rédaction d’Xplik ou K s’est tournée vers le ministère de la Santé qui a demandé du temps pour recueillir toutes les informations sur ce cas avant d’apporter une réponse à la famille et pouvoir lui venir en aide.

De son côté, le Dr Ramruttun, surintendant de l’hôpital du Nord, a indiqué qu’il fallait être patient. Pour que la famille puisse avoir une réponse plus précise, il l’a invitée à s’entretenir avec le Dr Ramtohul qui est en charge de la section orthopédique. « Nous voulons venir en aide au patient pour qu’il ait les meilleurs soins », a-t-il dit.