Magazine

L’habit ne fait plus le moine

Ce qui frappe d’abord dès qu’on entre dans son atelier de tailleur, c’est l’agilité de Dahianan Bhunjun avec ses ciseaux pour tailler dans les tissus, dont des étoffes sans pour autant porter des verres. Et pourtant c’est un homme de 89 ans qui a confectionné des centaines de complets pour hommes pendant ses 69 années de service.

On sent bien son sens tactile et créatif soucieux des détails. Qualités qui lui ont permis d’avoir de nombreux clients et a su développer son carnet d’adresse pour lui assurer des revenus stables. Il a, à travers son métier, pu mettre de côté un peu d’argent pour s’acheter un lopin de terre et aménager son atelier.

Il a commencé à flirter avec les styles et les coupes vestimentaires depuis l’âge de 10 ans, allant de la boutonnière jusqu’à ramasser les morceaux de vêtements répandus sur le sol après des découpes.
Comme il le souligne que dans ce métier il importe de bien mettre en valeur la personnalité ou la silhouette du client, que ce soit pour une veste, un pantalon classique ou pincé ou bien même un gilet. D’ailleurs, comme il l’a précisé « la mode, c’est ce qui se démode ».

Il appréhende l’avenir et ne songe même pas à une relève puisqu’il y a actuellement beaucoup trop de prêt-à-porter et des accessoires de mode. Pour lui, les jeunes ne semblent pas s’intéresser à ce métier puisqu’il semble aussi que si les cordonniers sont les plus mal chaussés, les tailleurs en sont de même pour la tenue vestimentaire. C’est si vrai à une époque où de nombreux jeunes ont tendance à se clochardiser.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !