Live News

A l’étude au sein du gouvernement : l’importation parallèle pour faire baisser les prix

Le gouvernement veut essayer par tous les moyens de faire baisser les prix de plusieurs produits.

Le gouvernement est à la recherche de solutions durables, afin que de soulager les consommateurs. Ainsi, les autorités comptent venir avec l’importation parallèle. Cette mesure n’est pas au goût des importateurs.

Après le ‘maximum mark-up’ qui sera instauré cette semaine pour que les importateurs n’exagèrent pas sur leur marge de profit, le gouvernement compte maintenant venir avec l’importation parallèle afin d’alléger encore plus la population.

Ainsi, un comité interministériel a été mis en place pour examiner la possibilité de modifier la loi sur la propriété industrielle de 2019. Au sein du ministère du Commerce, on indique que cette mesure aura pour but d’autoriser les importations parallèles. « Ce sont principalement les produits alimentaires stratégiques comme le lait, le fromage, les poissons en conserve, entre autres, qui sont concernés. L’objectif est de garantir une plus grande accessibilité et de réduire le coût des importations. Le comité achèvera bientôt ses travaux et soumettra ses recommandations au Cabinet. Ce n’est que par la suite qu’une décision sera prise », fait comprendre un cadre dudit ministère.

Le directeur commercial de la compagnie Mauritius Oil Refineries Ltd (Moroil), Jérôme Clarenc, avance qu’il n’est pas trop concerné par cette situation. Cela, car 80 % des produits qu’il commercialise, notamment l’huile, il les fabrique localement. Néanmoins, 20 % du turnover de la compagnie concerne l’importation de produits et l’importation parallèle aura définitivement un impact, dit-il. 

« Je pense que mes autres amis importateurs vont rejoindre mon idée pour dire que ce n’est pas quelque chose de faisable. Ainsi, on pourrait avoir plusieurs types d’emballage pour une seule marque de produit. Il y a aussi le fait que la traçabilité des produits pourrait susciter quelques inquiétudes », a-t-il affirmé.

Le directeur de La Trobe Co Ltd, Lawrence Wong, explique que les produits qu’il commercialise sont fabriqués localement. Ainsi, l’importation parallèle ne va pas l’affecter. « Si quelqu’un essaie de vendre un produit sous la même marque, il ne pourra le faire. Depuis qu’on a démarré les opérations, j’ai tout le temps prôné des marques qui sont propres à nous. Alors cette décision du gouvernement ne va pas nous affecter », avance-t-il.

Selon un autre gros importateur de lait et d’autres produits de base, « certains produits internationaux sont importés de l’Australie, de l’Angleterre ou encore de la Chine. Avec l’importation parallèle, un nouveau venu dans le secteur pourra importer les mêmes articles d’un tiers pays. Ainsi, effectivement, il y aura une baisse de prix ». 

Il a affirmé que les commerçants pourront être réticents à vendre un produit de la même marque que vend un nouveau venu. « À Maurice, c’est assez compliqué de venir avec l’importation parallèle. Le gouvernement doit innover et chercher d’autres mesures », soutient-il. 

Selon lui, avec l’importation parallèle, les importateurs ne vont pas valoriser leurs produits. « Il ne va pas investir dans de nouvelles marques et créer de nouvelles choses pour les consommateurs. Ainsi, il y aura un chaos sur le marché », est-il d’avis.

 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !