Xplik ou K

Les opérateurs de St-Pierre en colère : lorsque les marchands ambulants s’installent devant leurs commerces

Les marchands ambulants ne sont pas autorisés à opérer à un seul et même endroit.

La guerre entre marchands ambulants et tenants de magasin continue de plus belle, que ce soit dans la capitale, dans l’Est ou encore dans d’autres régions. Malgré les mesures prises par les différents gouvernements, il semblerait que les autorités aient toujours des difficultés à faire respecter la loi. Cette semaine, nous avons été bombardés d’appels en ce qui concerne les marchands ambulants dans diverses régions de l’île mais aussi des commerçants qui ne manquent pas d’obstruer les trottoirs avec leurs produits malgré leurs emplacements. Parlons-en. 

Situation guère réjouissante pour les opérateurs du centre commercial de St-Pierre. Les marchands ambulants semblent faire la pluie et le beau temps dans le secteur. Ces derniers se permettent de s’installer carrément devant les commerces du village.

Les appels à la police pour mettre un terme aux activités des marchands ambulants n’ont produit que peu de résultats. Mme Bibi qui tient une pâtisserie et un snack ainsi que d’autres opérateurs ont noté un fait singulier.  « Dès qu’une plainte est faite à la police, les marchands en sont aussitôt informés », allèguent-ils.

Une fois, elle a porté plainte contre un marchand en particulier et celui-ci a aussitôt été mis au courant de sa visite au poste et il s’en est pris à elle. « Le marchand a fait irruption dans ma pâtisserie : linn vinn atak mwa direkteman et il m’a agressée verbalement. » Bibi a aussitôt porter plainte, mais un policier de service a eu cette réaction : « Linn zour ou ? Si li pann zour ou, pena narien », lui a-t-il dit.

Cela fait trois ans que cela dure. Les marchands qui envahissent le centre commercial se livrent à différentes activités commerciales telles la vente de briani et gâteaux, entre autres. Devant l’ampleur qu’a prise cette concurrence, les opérateurs patentés ont réagi en adressant, en début d’année, une pétition au conseil de district de Moka. Mais aucune suite n’a été donnée à l’affaire, selon Bibi qui avait elle-même déposé la lettre à l’autorité régionale. 

Du côté du conseil de district de Moka, son président Vinaye Busawon a expliqué sur les ondes de Radio Plus que les inspecteurs font leur boulot. Il y a des contraventions qui ont été servies. Des marchands ont été condamnés le lundi 12 août à payer des amendes et les frais de procédures de la cour.

Vinaye Busawon a aussi fait comprendre qu’il « ne peut déléguer un inspecteur durant une journée entière pour surveiller les faits et gestes des marchands ambulants. » Il dit que ces derniers « ne sont pas autorisés à opérer à un seul et même endroit. »

Le président du conseil s’est engagé à recevoir Mme Bibi pour entamer des discussions en vue de trouver des solutions possibles. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !