Live News

Les Népalais interdits de venir étudier à Maurice : les tribulations de Milan 

«The Ministry of Education, Science and Technology (MoEST) has temporarily stopped issuing No Objection Certificate (NOC) to Mauritius-bound Nepali students», peut-on lire sur le site du quotidien népalais, The Kathmandu Post, dans un article mis en ligne le lundi 6 août.

Selon un article du journal Kathmandu Post, les jeunes Népalais désirant poursuivre leurs études à Maurice ne pourront plus le faire. Cette décision du gouvernement népalais est basée sur les fausses promesses d’emploi qui ont causé préjudice à 70 étudiants népalais durant les cinq dernières années à Maurice. 

Cette mesure intervient après que le gouvernement népalais a «dû secourir de nombreux étudiants népalais bloqués à Maurice» suite aux fausses promesses d’emploi faites par des agents représentant des institutions locales.

Un rapport, soumis au ministère de l’Education népalais, a conclu qu’il serait risqué d’envoyer ses jeunes népalais poursuivre leurs études supérieures dans notre île car «most of the colleges are found not reliable». 

Milan, un Népalais de 23 ans, venu pour des études en Tourism Hospitality est bloqué à Maurice depuis cinq ans. Il regrette amèrement « d’avoir gâché cinq années de sa jeunesse ». Il a dû compter sur la générosité de plusieurs Mauriciens afin de survivre grâce à des petits boulots, et sur le restaurant Vrindavan pour obtenir de la nourriture. «Je n’ai rien dit à ma famille. Ils croient tout que tout va bien pour moi, mais cela me fait du mal de devoir leur mentir pour justifier mon séjour ici…», confie-t-il.

Milan et un autre étudiant népalais sont soutenus par Dr Rajah Madhewoo du Regroupman Travayer Sosyal. Selon le médecin, le gouvernement népalais «ine pran the right decision» : «C’est un désastre pour Maurice car les agents recruteurs de ces institutions ont vendu du rêve à des étudiants qui ont fait beaucoup de sacrifices financiers afin de venir à Maurice pour ensuite apprendre qu’au lieu qu’à la place de Tourism Hospitality, ils allaient devoir prendre des cours en informatique.» 

Pour réparer le tort causé à ces étudiants en attendant que justice soit faite, le Dr Rajah Madhewoo propose que le gouvernement mauricien octroie le permis de résidence à deux Népalais, dont Milan, toujours à Maurice.

Interrogée, une source proche de la Tertiary Education Commission explique que les autorités concernées ont déjà pris connaissance de la décision du gouvernement népalais et que les instances régulatrices - la ‘Mauritius Qualifications Authority’ et la Tertiary Education Commission - prendront des actions nécessaires dès qu’elles auront identifié les institutions locales concernées par ce problème.