Live News

Les malheurs d’une retardée mentale : Il viole la petite amie de son fils à trois reprises

La police de Camp-de-Masque a procédé à l’arrestation d’un chauffeur de camion de 47 ans, habitant St-Julien, le mercredi 14 août dans le cadre de l’enquête sur une affaire de viol. Il est accusé d’avoir violé la petite amie de son fils.

La plaignante, une adolescente de 16 ans, accompagnée de sa mère, s’est présentée au poste de police de la localité, le samedi 10 août, pour consigner une déposition.  La jeune fille, qui est une retardée mentale, explique dans sa plainte qu’elle a été victime de viol mais ne se souvient pas de la date exacte de son agression. Elle accuse son futur beau-père d’être son agresseur. Les faits se sont déroulés une nuit entre juillet et décembre 2018. Elle affirme que deux jours consécutifs elle a été violée à trois reprises. Elle explique que face au violeur elle a été incapable de se défendre. Elle a aussi fait l’objet de menaces. L’homme lui a fait comprendre qu’il s’en prendrait aussi à sa mère si elle osait le dénoncer. Dans ces circonstances, elle a gardé le secret jusqu’au jour où elle s’est effondrée et a tout révélé à sa mère. 

La jeune fille, qui est une habitante de Flacq, explique dans sa plainte quelle avait fait la connaissance d’un garçon de 20 ans lors d’une cérémonie de fiançailles. Depuis leur rencontre ils se sont mis en concubinage. Son petit ami est venu s’installer avec elle chez ses parents à Flacq. Après une certaine période, en juillet 2018, le jeune couple décide de déménager pour vivre ensemble à St-Julien chez les parents du jeune homme. 

Chez ses beaux-parents, la jeune femme dormait sur un canapé. Deux nuits elle a été violée par le père du jeune homme. Alors qu’elle dormait, la première nuit, son beau-père s’est approché d’elle sur le canapé et a enlevé son collant de force pour avoir des relations sexuelles avec elle. Le lendemain, l’homme a récidivé. Cette nuit-là, il a abusé de la jeune femme à deux reprises.   « Li dire mo pu touille toi ek to mama si to alle dire kiken sa », relate la victime.

Traumatisée, elle a décidé de rompre avec son petit ami et de retourner chez ses parents à Flacq. Plus tard, elle devait confier sa mésaventure à sa mère. C’est ainsi que sa mère devait l’accompagner au poste de police pour porter plainte contre son ex-beau-père. 

C’est le sergent Roymane, sous la supervision de l’inspectrice Ramkisoon, qui mène cette enquête. Arrêté, le chauffeur de camion a avoué aux enquêteurs que la jeune femme a passé quelques jours sous son toit mais a nié les allégations. Il a été placé en détention en attendant la fin de l’enquête. Sa demande de remise en liberté a été rejetée. 

Quant à l’épouse et le fils du suspect, ils ont déclaré à la police que la jeune femme n’est jamais venue habiter chez eux. La police a déjà fait une descente des lieux pour dresser un constat où la jeune femme affirme avoir été violée. Elle a identifié le canapé sur lequel elle a été agressée sexuellement.  La jeune femme a déjà été victime de viol par le passé. L’affaire est actuellement devant la justice.  

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor