Actualités

Les jumeaux gâtés par le Budget : Rs 1 209 000 par an pour les naissances multiples

jumeaux L'allocation est pour deux ans.

Maurice enregistre une moyenne de 77 naissances de jumeaux chaque année. Ainsi l’allocation budgétaire de Rs 2 500 en cas de naissances multiples ne devrait pas poser trop lourd dans un gouvernement quand on sait que c’est seulement un enfant sur deux chez les jumeaux est éligible. Ce qui reviendra a  une somme de Rs 1 209 000 par an pour une période de deux ans.

Jusqu’ici une allocation sociale de Rs 2 275 mensuellement était accordée à un des jumeaux pour une période de deux ans.  Ce montant a été majorée pour passer à Rs 2 500 a annoncé le ministre des Finances Pravind Jugnauth lors de la présentation du budget le 10 juin dernier. En se basant sur la moyenne de 77 naissances de jumeaux par an, la nouvelle allocation sociale va coûter à l’État Rs 1 155 000 par an. En cas de naissance de triplé, il faudra compter Rs 54 000 supplémentaires par an. Cette aide sociale n’est accordée que pour une période de deux ans. 

« Un effort a été fait mais cette mesure peut être améliorée ». C’est ce que nous a expliqué Vidya Charan directrice exécutive de la Mauritius Family Planning and Welfare Association (MFPWA). Elle précise aussi que d’autres mesures sociales ont été prises pour soutneir directement ou indirectement les familles. Elle cite, entre autres, la baisse du prix du gaz ménager, les facilités pour l’acquisition d’un logement Pour elle, il faut voir le discours budgétaire dans sa globalité et non pas considérer la majoration de Rs 225  pour les naissances multiples comme dérisoire.

Agnieszka Duvergé, directrice de l’Action Familiale (AF) ajoute que l’Organisation non-gouvernementale apprécie l’effort du gouvernement pour encadrer les familles. « La naissance de jumeaux/triplés exige un soutien du gouvernement » dit-elle. Elle soutient aussi que les familles ont besoin de cet encadrement pas seulement dans les cas de naissances multiples mais à partir du troisième enfant et pour une période de plus de deux ans. Pour elle il y a besoin aussi de développer les compétences parentales et encourager les parents à se former afin d’être un parent « professionnel ». « Investir dans la famille  c’est investir dans la société saine, debout et durable », souligne la directrice de l’AF.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !